Euromillions : où investir votre argent si vous gagniez les 166 millions en jeu (et ce que ça dit de l’état de l’économie mondiale...) ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Ce vendredi 21 juin, les joueurs peuvent gagner près de 166 millions d'euros.
Ce vendredi 21 juin, les joueurs peuvent gagner près de 166 millions d'euros.
©Flickr

Decod'Eco

Euromillions : où investir votre argent si vous gagniez les 166 millions en jeu (et ce que ça dit de l’état de l’économie mondiale...) ?

Ce vendredi 21 juin, ce sont près de 166 millions d'euros qui sont en jeu.

Simone Wapler

Simone Wapler

Simone Wapler est rédactrice en Chef des Publications Agora (analyses et conseils financiers).

Elle est l'auteur de "Comment l'Etat va faire main basse sur votre argent: ... et ce que vous devez faire pour vous en sortir !", paru chez Ixelles Editions en mars 2013.

Voir la bio »

Bravo, vous êtes l’heureux gagnant de l’EuroMillion et à ce titre détenteur de 166 M€.

Vous avez de la chance, votre vie sociale n’est pas encore compromise. Cet argent, vous ne l’avez pas gagné en exploitant de façon ignoble des travailleurs méritants, vos riches parents ne vous l’ont pas transmis. L’honneur est sauf, vous voilà riche par hasard, vous ne l’avez pas fait exprès. Vous êtes moralement irréprochable.

A partir de là plusieurs possibilités s’offrent à vous : donner et partager, flamber, créer l’entreprise de vos rêves ou investir dans celle que vous avez déjà créée, placer en espérant rester riche et transmettre un patrimoine. Vous avez même les moyens de faire un doux mélange de tout ceci.

Bons baisers de Bercy !

Dans tous les cas, il faudra compter avec un nouvel ami très intéressé, le fisc français. Je dis dans tous les cas, car même un départ à la Depardieu ne sera pas totalement indolore.

Pour le don, Bercy sera glouton dès que vous dépassez une certaine somme : les droits de mutation atteignent rapidement 45 % en ligne directe, en ligne indirecte c’est surtout à Bercy que vous donnerez.

Vous n’aurez pas de mal à trouver des pays plus cléments que la France si vous vous résignez à oublier Cuba ou la Corée du Nord.

La taxation sous toutes ses formes en France

Taxation

Revenus

Taux progressif avec un maximum à 53 % et – provisoirement – taux spécial de 75 % pour les revenus supérieurs à 1 M€

Capital

Taux progressif à partir de 800 000 € avec un maximum à 1,5 %

Plus-values mobilières

Intégrées aux revenus et taxation identique

Plus-values immobilières

34,5 % avec abattement progressif selon la durée de détention

Transmission succession

45 % en ligne directe au-delà de 1,8 M€

Gardez en tête que pour sortir sans être étouffé de l’étreinte vigoureuse de Bercy il vous faut 9 % de rendement minimum pour étaler l’impôt sur la fortune, la CSG, la CRDS, l’indice des prix officiel et autres bricoles.

Votre objectif de rendement net d’impôts en % si vous ne voulez pas perdre d’argent

Taux d’impôt sur le revenu en %

0

5,5

14

30

41

45

Taux d’ISF en %

0 %

2,4

2,5

2,8

3,7

4,6

5,1

0,5 %

3,0

3,2

3,5

4,6

5,7

6,3

0,7 %

3,2

3,4

3,8

5,0

6,2

6,8

1 %

3,6

3,8

4,3

5,5

6,9

7,6

1,25 %

3,8

4,1

4,6

6,0

7,5

8,2

1,50 %

4,1

4,4

5,0

6,4

8,0

8,9

Calculs faits avec une inflation officielle de 2 % et une taxation CSG-CRDS de 15,5 %.

Exemples

6,2 % de rendement brut x (1 - 41 % d’impôt sur les revenus - 15,5 % de CSG-CRDS) - 0,7 % d’ISF

Soit : 6,2 % x (1 - 0,41 - 0,155) - 0,7 % = 2,70 % - 0,7 % = 2 %

Auquel il vous faut retrancher 2 % d’inflation ce qui vous donne 0 % de rendement net.

On vous propose un placement d’un rendement de 5 %. Vous êtes imposé au titre de l’impôt sur les revenus à 41 % et au titre de l’ISF à 1,5 %, comme dans le calcul précédent. Ce placement vous fait perdre de l’argent, puisqu’il vous faudrait un rendement de 8 %.

5 % de rendement brut x (1 - 41 % d’impôt sur les revenus - 15,5 % de CSG-CRDS) – 1,5% d’ISF

Soit : 5 % x (1 - 0,41 - 0,155) – 1,5% = 2,175 % - 1,5% = 0,675 %

Auquel il vous faut retrancher 2 % d’inflation.

Donc l’érosion annuelle de votre capital est de 2 – 0,675 = 1,325 %.

Les seuils d’imposition définis par la loi de finance 2013

Impôts sur le revenu (1 part)

Impôt sur la fortune (si supérieure à 1,3 M€)

Limites

Taux

Fraction taxable

Taux

5 963 €

0

De 0 M€ à 0,8 M€

0

De 5 963 € à 11 896 €

5,5

De 0,8 M€ à 1,3 M$

0,5

De 11 896 € à 26 420 €

14

De 1, M€ à 2,57 M€

0,7

De 26 420 € à 70 830 €

30

De 2,57 M€ à 5 M€

1

De 70 830 € à 150 000 €

41

De 5 M€ à 10 M€

1,25

Plus de 150 000 €

45

Plus de 10 M€

1,50

Je vous propose maintenant de vous attacher à la partie placements pour espérer conserver votre argent. Pas de chance, vous allez devoir prendre des décisions dans une période extrêmement difficile.

Le maître-mot de la bonne gestion patrimoniale est diversification (pas tous vos œufs dans le même panier). Vous devez donc répartir vos avoirs entre immobilier et foncier et actifs financiers, c’est-à-dire actions et obligations.

Une bulle immobilière mondiale due au laxisme monétaire

Mauvaise nouvelle, l’immobilier est surévalué presque partout dans le monde : Chine, Australie, Canada, Etats-Unis (sauf villes sinistrées dans lesquelles vous ne trouverez pas de locataires). Orientez-vous plutôt vers l’Allemagne. Le Japon n’est pas cher, mais vous aurez du mal à avoir un bon rendement locatif.

Source : The Economist Interactive guide to the world’s housing market

Pourquoi cette surévaluation générale de l’immobilier ? Parce que presque tous les pays trichent avec l’indice des prix. Les gens l’ont compris et ils savent que l’immobilier conserve sa valeur alors que la monnaie ne la garde pas. Ils préfèrent l’immobilier, même taxé, à de la monnaie dont la valeur s’effrite dans le temps ou un livret dont le rendement reste inférieur à la hausse des prix qu’ils constatent. Il vous faut donc de l’immobilier, mais soyez sélectif et n’attendez pas un rendement locatif supérieur à l’inflation officielle.

Passons maintenant au foncier : terres agricoles, vignes, forêts… Votre regard s’éclaire. Hélas, vous allez vite vous heurter au protectionnisme. De plus en plus de pays tels que le Canada interdisent la possession de terres agricoles aux étrangers. En Europe, la Politique agricole commune a détruit l’économie de marché. Obtenir du rendement avec des terres agricoles vous transformera en chasseurs de subvention. De plus l’exploitation directe est très encadrée. Rabattez-vous plutôt sur les forêts ou même la sylviculture. Vous pouvez obtenir des rendements corrects (9%) avec des parts de sociétés si vous acceptez l’exotisme et le risque de change car les eucalyptus, les tecks, les irokos poussentplutôt en Amerique du Sud et en Afrique qu’en zone euro.

Des marchés actions et obligataires manipulés

Pour les actions et les obligations, vous arrivez vraiment à un très mauvais moment. Jamais les perspectives de rendement net de l’inflation des actifs financiers n’ont été aussi faibles : 2,4 %. Les actions sont chères et les obligations aussi (puisque les taux obligataires sont très bas).

Rendement net probable sur 10 ans d’un portefeuille composé de 60 % d’actions et de 40 % d’obligations

Source : Financial Times du 7 juin 2013 Timing is all during the Fed’s ‘tapering’ terror

Cette courbe a été tracée en utilisant les ratios cours sur bénéfice cyclique ou CAPE. Sur 10 ans, le rendement des actions dépend essentiellement du prix du point d’entrée mesuré par ce ratio qui compare le cours aux bénéfices moyens des dix années précédentes. Ceci donne le rendement de la poche actions.

Par ailleurs, les rendements obligataires montent ce qui veut dire que les obligations baissent. Donc la poche obligations voit ses performances baisser.

La combinaison de ceci vous donne le rendement net d’inflation que vous pouvez espérer sur les dix prochaines années si vous composez votre portefeuille aujourd’hui. Il est donc de 2,4 % et bien en dessous du rendement net habituel.

Tout ceci est le résultat des planches à billets, ces mesures d’assouplissement monétaire, qui ont conduit à une hausse artificielle des marchés financiers.

Donc placez, mais respectez les principes de diversification. Privilégiez les actifs tangibles (immobilier, foncier) aux actifs financiers. Préparez-vous mentalement à avoir des rendements réels net d’impôts négatifs si vous restez en France puisque dès 2014 vous ferez partie des riches. Préparez-vous aussi au retour de l’inflation car on n’a jamais vu de création monétaire rester impunie et les Etats surendettés ont besoin d’inflation pour ronger leurs dettes.

Achetez aussi, si vous ne l’avez pas déjà lu, « La liste de mes envies » de Grégoire Delacourt qui conte les infortunes d’une gagnante. Ça c’est pour le côté romantique. Tant qu’on y est, rajoutez mon propre livre « Main basse sur votre argent », pour le côté pratique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !