Et pendant qu'ils ne font rien en Syrie, les pays du Golfe et leur jeune génération royale s'acharnent dans leur aventure militaire au Yémen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Sanaa, la capitale yéménite est en plein coeur d'un conflit qui dure depuis plusieurs mois.
Sanaa, la capitale yéménite est en plein coeur d'un conflit qui dure depuis plusieurs mois.
©Reuters

A chacun sa guerre

Et pendant qu'ils ne font rien en Syrie, les pays du Golfe et leur jeune génération royale s'acharnent dans leur aventure militaire au Yémen

La coalition des pays du Golf qui dirige la lutte contre les rebelles Houthis du Yémen a intensifié sa campagne, après que 60 de ses soldats ont été tués en une seule attaque le 4 Septembre. L'Arabie saoudite, le Qatar, l'Egypte et le Soudan ont envoyé des troupes supplémentaires sur le terrain.

Alain Rodier

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Son dernier livre : Face à face Téhéran - Riyad. Vers la guerre ?, Histoire et collections, 2018.

 

Voir la bio »

Atlantico : Pourquoi, alors qu'ils ne font rien en Syrie, les pays du Golfe s'acharnent-ils dans leur aventure militaire au Yémen ?

Alain Rodier : L'adversaire des pays du Golfe au Yémen est parfaitement identifiable et "détestable": les chiites, en réalité, les zaydites, une branche du schisme, majoritaires au sein des tribus al-Houthis et présente au sein de la population yéménite. L'ex-président Saleh est un zaydite -même s'il a combattu pendant des années les al-Houthi leur reprochant leur trop grande volonté d'autonomie-.

En Syrie et en Irak, c'est plus compliqué. Daesh (ou Etat islamique) et Al-Qaida "canal historique" via le front al-Nosra, ont une idéologie salafiste très proche du wahhabisme saoudien. Il n'est pas sûr que des troupes au sol issues des pays du Golfe adhèreraient à une guerre directe contre ces mouvements. Peut-être même qu'elles se retourneraient contre leurs chefs. Cela ferait désordre. Pour l'aviation qui effectue quelques raids symboliques, c'est moins grave car on se trouve plus dans une configuration "Star Wars" où ne distingue pas vraiment les cibles. De plus, les armées de l'air de ces pays font partie de l'élite ... proche des pouvoirs en place.

L'Arabie saoudite, le Qatar, l'Egypte, et le Soudan ont envoyé des troupes supplémentaires sur le terrain, qu'ont-ils chacun à gagner dans cette guerre qui semble interminable ?

Le but est de "casser du zaydite" et par là, de stopper l'influence que pourrait avoir Téhéran dans la région. Un front par contournement (au sud de l'Arabie saoudite) est toujours gênant. En plus, c'est une "bonne petite guerre" qui va permettre de donner de l'expérience à des princes héritiers guerriers qui reviendront auréolés d'une gloire obtenue en tapant majoritairement sur des populations civiles. Cela dit, l'odeur de victoire ressentie en ce moment risque de ne pas durer. 

L'attentat de Maarib semble avoir déclenché ce regain d'intérêt de la coalition. Pourquoi avoir "attendu" cet acte de violence pour tenter de mettre fin à ce conflit ?

Au Yémen, il est difficile d'attribuer les nombreux attentats qui s'y déroulent : Daesh (seule une petite cellule du mouvement serait présente mais elle semble très active), Al-Qaida dans la Péninsule Arabique (AQPA), les Houthis ? Une des caractéristiques de ces mouvements, c'est que la mort ne leur fait pas peur.

L'Arabie Saoudite ne veut pas mettre fin au conflit ayant rompu les négociations entamées à Oman. Elle veut une capitulation sans conditions de ses adversaires, ce qu'elle n'obtiendra pas car les Houthi ont l'habitude de se replier dans leurs fiefs montagneux du nord-ouest du pays avant de repasser à l'offensive. Il est probable que le sud-ouest de l'Arabie saoudite va faire l'objet de raids "hit and run" de la part des al-Houthi. Cela va servir de représailles aux bombardements aveugles. 

L'embargo de la coalition sur l'Iran qui tente de bloquer l'envoi d'armes, est-il la solution ?

Certes, les al-Houthi vont rencontrer des problèmes d'approvisionnements mais les armes et les munitions, ce n'est pas ce qui manque au Yémen.

Riyad (mais aussi l'Egypte qui a dépêché 800 combattants, le Qatar avec 1 000 hommes au sol et peut-être bientôt le Soudan) se retrouve, de fait, allié à AQMI au Yémen qui s'est emparé en sous main d'une partie d'Aden et d'Al Mukala. De plus, l'Arabie saoudite (mais aussi le Qatar et la Turquie) soutiennent l' "Armée de la conquête" en Syrie dont l'ossature est le Front al-Nosra, le bras armé d'Al-Qaida "canal historique" dans le pays. Là, c'est la province d'Idlib qui est placée sous son influence.

Or, l'objectif de l'émir de la nébuleuse, le docteur al-Zawahiri, est la chute (à terme) de la famille royale saoudienne et de tous les dirigeants des pays arabes considérés commes des traîtres car "vendus" à l'Occident. C'est aussi sans compter qu'Al-Qaida vomit les Occidentaux -et en particulier les Américains- ne rêvant que de les attaquer au moyen d'opérations terroristes (comme ceux de janvier à Paris revendiqués officiellement par Al-Qaida "canal historique"). Au Yémen comme en Syrie, Al-Qaida "canal historique" fait profil bas se mélangeant aux forces d'opposition "présentables". C'est de la pure technique de la dissimulation (Taqiya) qui lui permet de prospérer à l'abri des regards tout en poursuivant son objectif ultime: l'établissement du califat mondial (but qui devrait prendre plusieurs générations).

Le bourbier yéménite n'en n'est qu'à ses débuts.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !