Et la dernière tendance à la hausse en matière de chirurgie esthétique est... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Et la dernière tendance à la hausse en matière de chirurgie esthétique est...
©Reuters

Malformation disgracieuse

Et la dernière tendance à la hausse en matière de chirurgie esthétique est...

Certaines opérations de chirurgie esthétique demandées par les femmes concernent leurs seins. Cette opération consiste notamment à refaire les tétons qui sont complètement rentrés suite à une malformation.

David  Picovski

David Picovski

David Picovski est chirurgien plastique et esthétique à Paris, qualifié par l’Ordre des Médecins. Plus d'informations sur son site Internet : http://docteur-picovski.com/

Voir la bio »

Atlantico : Qu'est-ce-que la malformation du mamelon ombiliquée ? Est-elle courante ?

David Picovski : Le mamelon invaginé est une malformation détectable à l'œil nu mais qui demande à d'être confirmée par un diagnostic médical. Cette malformation se caractérise visuellement par un mamelon complètement rentré à l'intérieur de l'aréole ou très peu saillant. Le plus souvent, il s'agit d'une malformation de naissance. Elle se manifeste lorsque les canaux qui transportent le lait maternel (les canaux galactophores) sont recroquevillés sur eux-mêmes et sont donc plus courts qu'ils ne devraient. Cette anomalie peut être la conséquence d’une infection (une galactophorite) ou, beaucoup plus rarement être la conséquence d’une intervention chirurgicale de la poitrine.

En fonction du niveau d'ombilication les mamelons " rentrés " peuvent gêner voire empêcher l’allaitement. Si vous êtes dans ce cas, votre chirurgien vous orientera vers une intervention de chirurgie plastique.

Aux Etats-Unis, les demandes d'intervention chirurgicale sont de plus en plus nombreuses. Un mimétisme qui a pour origine les stars qui exposent sans complexe leurs magnifiques tétons ! (Pas de sous-vêtements pas exemple). Observe-t-on le même phénomène en France ?

Il s'agit en effet d'une malformation relativement courante. Elle toucherait une femme sur dix. Rapportées au nombre d'habitants, les chiffres de la chirurgie esthétique en France sont plus élevés qu'aux Etats-Unis et progressent chaque année. Mais ce constat ne doit pas masquer l'attente de "naturel" des patients. La chirurgie esthétique fait moins peur, elle est démystifiée, moins taboue et surtout les résultats sont devenus naturels, efficaces, durables et sûrs. C’est donc aussi en raison de ces progrès humains et technologiques que la demande croît. La chirurgie esthétique s'éloigne chaque jour un peu plus des stéréotypes pour être individualisée pour s’adapter au désir spécifique de chaque patient.

Finalement, l'opération (relativement simple finalement) ne relève-t-elle pas plus donc d'un effet de mode, ou de la chirurgie esthétique, que d'un soin médical ?

Si certains patients souffrent de dysmorphobie ou que les plus jeunes peuvent être tentés par une opération pour mieux répondre aux standards visibles sur les fils Instagram* ou Pinterest*, la majorité de la patientèle demande un résultat naturel et une correction d'une disgrâce. Il est rare de voir arriver une patiente avec une photo de star et demander un copié/collé...! Cette image relève plus d'une idée reçue, d'un fantasme que de la réalité des cabinets de consultation ! Les expressions que l'ont entend le plus souvent dans l'intimité de la consultation ne sont pas "je veux ressembler à...", "comme sur Instagram*..." mais au contraire : "je veux m'embellir", "j'aimerais masquer cette imperfection", "je souhaite un coup de fraicheur"... En d'autres termes, les patients sont dans une démarche qui vise à les mettre en avant eux-mêmes.

Cette malformation empêche rarement la capacité d'allaitement. Mais dans les cas où le mamelon est complètement rentré ou parfaitement plat, l'allaitement sera compliqué et parfois impossible.

Par ailleurs, cette anomalie engendre souvent des complexes et un manque de confiance chez la femme concernée.

Une prise en charge par la Sécurité sociale est d’ailleurs possible.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !