L'eSport : ou comment devenir millionnaire en jouant aux jeux vidéo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
La semaine dernière, une équipe chinoise a empoché $1 million de cash prize pour chacun de ses cinq joueurs après avoir remporté la finale de "The Dota2 International 2014".
La semaine dernière, une équipe chinoise a empoché $1 million de cash prize pour chacun de ses cinq joueurs après avoir remporté la finale de "The Dota2 International 2014".
©

Atlantico Games

L'eSport : ou comment devenir millionnaire en jouant aux jeux vidéo

Le sport de haut niveau est un investissement de tous les jours qui nécessite rigueur et discipline, et peut rapporter gros aux meilleurs. Dans le monde des jeux vidéos en ligne, c'est exactement pareil : on y passe plusieurs heures par jour, et quand on fait partie de l'élite on gagne des millions.

Greg Jacomet

Greg Jacomet

Greg Jacomet, 24 ans, est éditeur du magazine Parisian Gentleman, éditorialiste pour le magazine "The Rake" et un expert aujourd’hui très réputé en matière de parfumerie, notamment masculine. 
 
Il est également un grand spécialiste du monde des jeux vidéo et l’animateur de la rubrique "Atlantico Games" consacrée à l’actualité internationale du secteur.
Voir la bio »

La semaine dernière, une équipe chinoise a empoché $1 million de cash prize pour chacun de ses cinq joueurs après avoir remporté la finale de "The Dota2 International 2014". L'année dernière, le tournoi "LoL World Championship 2013" a été suivi par 32 millions de spectateurs -soit un tiers de l'audience du Super Bowl - dont un pic à plus 8.5 millions de connections simultanées. Bienvenue dans l'univers des athlètes du 21ème siècle, bienvenue dans la folie eSport.

L'eSport, c'est le Sport Electronique, deux concepts en apparence bien contradictoires.

Les cinq dernières années furent déterminantes pour ce qui n'était autrefois qu'un simple hobby. Et même si le phénomène n'est pas exactement récent, l'ampleur que l'eSport a pris ces dernières années dépasse de loin tout ce qui avait pu être fait en la matière jusqu'alors, au point de flirter avec des chiffes autrefois réservés aux plus grands événements sportifs dits "traditionnels".

A la tête de ce mouvement, un style de jeu : le MOBA (Multiplayer Online Battle Arena), et ses deux plus illustres représentants : League of Legends, LoL pour les initiés, et Defense of the Ancients 2, soit Dota 2.

Le MOBA, c'est un sous-genre du jeu de stratégie qui se joue à 5 contre 5. Réputé pour sa grande complexité, le MOBA est un genre exigeant qui requiert un investissement en temps considérable en raison de l'incroyable brutalité de sa courbe de progression.

Et de toute évidence, la formule a trouvé son public ; League of Legends, c'est aujourd’hui 67 millions de joueurs actifs par mois, parmi lesquels 27 millions sont actifs chaque jour, pour des pics de joueurs quotidiens à 7,5 millions en simultané.DotA2, quoique moins populaire, atteint tout de même des pics de fréquentations de plus de 700 000 joueurs en simultané par jour.

Le MOBA est aussi et surtout un mode de jeu bâti pour  la compétition ; tout comme les échecs, le MOBA ne comporte en effet aucune variante aléatoire. Chaque partie est jouée selon les mêmes règles. Ainsi, aucune victoire ou défaite ne pourrait être imputée au hasard ou à la chance, et le jeu se développe naturellement autour des tendances stratégiques de la scène professionnelle.

Et le terme "professionnel" n'est pas usurpé.

Riot Games, le studio responsable de League of Legends, s'engage en faveur de ses joueurs professionnels d'une manière absolument sans précédent dans le monde du jeu vidéo. Non content de salarier les équipes parvenant à obtenir le sésame d'une place dans le circuit compétitif, Riot Games a même réussi à obtenir des visas pour sportifs professionnels auprès du gouvernement américain afin que les joueurs de son écurie puissent participer aux nombreux événements en direct qui émaillent la saison compétitive.

Et à chaque saison, son championnat du monde. Cette année, la finale de la 4ème saison compétitive du jeu League of Legends aura lieu à Séoul, dans le World Cup Stadium (qui a accueilli la coupe du monde de football en 2002). La dotation est encore inconnue à ce jour.

DotA 2, par le studio Valve, a quant à lui fait appel directement à ses joueurs pour ajouter au prize-pool de l'édition 2014 de son propre championnat du monde, dont le montant aura finalement atteint le palier symbolique des 10 millions de dollars dont 5 000 000 pour l'équipe gagnante ! Un montant tout bonnement surréaliste, supérieur à la dotation du tournoi des Masters de Golf 2014, qui ne s'élève, en comparaison, "qu'à" 9 millions de dollars. Le tournoi était en outre partiellement diffusé sur la chaine Américaine ESPN.

Des chiffres qui donnent le tournis, mais qui font de "joueur professionnel de MOBA" un choix de carrière désormais viable.

Une université américaine propose même des bourses pour joueurs de League of Legends. Une véritable industrie s'est formée autour des athlètes – car il s'agit bien d'athlètes, tant le niveau de cohésion, de concentration, de dextérité, et d'endurance demandé est élevé.

Les joueurs d'une même équipe vivent le plus souvent ensemble dans une "gaming house", véritable temple de l'entraînement, où les joueurs pratiquent jusqu'à 12 heures par jour, entourés de coachs et de managers. Et qui dit sport, dit sponsors – et là encore, l'eSport n'est pas en reste. De nombreuses marques, de moins en moins limitées au strict secteur de l'informatique et du hardware, s'intéressent en effet de très près à la popularité des sports électroniques.

Bien entendu, il s'agit encore d'une activité ou beaucoup sont appelés et bien peu sont élus. Mais le phénomène n'est pas près de s'essouffler : LoL et Dota2 sont des jeux gratuits, chaque saison apporte son lot d'innovations et d'équilibrage des règles, et les studios concernés ont à coeur de proposer un environnement toujours plus professionnel à leurs joueurs, professionnels ou non, et à leurs millions de fans.

Serions nous en train d'assister à la naissance des athlètes du 21ème siècle?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !