Droit du sol : vrai clash idéologique à l’UMP ou prolongement de la concurrence Fillon-Copé ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-François Copé veut limiter l'hémorragie électorale de l'UMP vers le FN.
Jean-François Copé veut limiter l'hémorragie électorale de l'UMP vers le FN.
©Reuters

Mouvement tactique

Droit du sol : vrai clash idéologique à l’UMP ou prolongement de la concurrence Fillon-Copé ?

La proposition de Jean-François Copé de réformer le droit du sol divise l'opposition. Au-delà des clivages idéologiques qui traversent la droite depuis des années sur cette question, on peut également voir dans cette annonce du président de l'UMP un mouvement tactique pour contrer le FN et se repositionner face à François Fillon.

Thomas Guénolé

Thomas Guénolé

Thomas Guénolé est politologue et maître de conférence à Sciences Po. Son dernier livre, Islamopsychose, est paru aux éditions Fayard. 

Pour en savoir plus, visitez son site Internet : thomas-guenole.fr

Voir la bio »

Atlantico : La proposition de Jean-François Copé de réformer le droit du sol divise l'opposition. Doit-on y voir une réponse du président de l'UMP au propos de François Fillon sur le FN ?

Thomas Guénolé : En l'état actuel des enquêtes d'opinion, Jean-François Copé n'est pas un rival de François Fillon pour 2017. La compétition pour le leadership de la droite voit à ce stade un favori très loin devant, Nicolas Sarkozy, et deux challengers possibles : François Fillon ou Alain Juppé. Dans ce contexte, il s'agit sans doute pour Jean-François Copé de limiter l'hémorragie électorale de l'UMP vers le FN en vue des élections municipales puis européennes, et dans ce but, de lancer une proposition de droite sécuritaire.

Après avoir s'être posé en rassembleur ces dernières semaines, Jean-François Copé tente-t-il de se repositionner comme le leader de l'aile droite de l'UMP ?

Je dirais plutôt que Jean-François Copé tente, non sans courage, d'être capitaine du navire UMP pour la bataille des municipales et des européennes. Il tente donc un positionnement de son parti qu'il croit utile en vue de ces échéances électorales.

Au-delà des querelles de personne, ces dissensions sont-elles également le fruit d’une vraie réflexion idéologique ?

En fait de réflexion idéologique, il s'agit plus vraisemblablement d'un mouvement tactique : le FN monte, donc l'UMP doit exprimer une position très clivante qui se trouve depuis l'origine dans le programme de l'extrême droite.

Quels sont les principaux clivages qui divisent l'opposition ? Sont-ils nouveaux ?

Sur cette question du droit du sol, ce sont surtout deux des quatre familles de la droite, à savoir la droite gaulliste et la droite sécuritaire, qui sont en désaccord. La droite sécuritaire, à l'instar de Brice Hortefeux, veut aller plus loin que les propositions de Jean-François Copé, tandis que la droite gaulliste, à l'instar d'Henri Guaino, a refusé immédiatement et nettement un tel positionnement.

A lire également, de Thomas Guénolé : "Nicolas Sarkozy, chronique d'un retour impossible ?" (First éditions), 2013, 16,90 euros. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !