Depardieu : la Gauche décomplexée est arrivée et ca va faire mal ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Depardieu : la Gauche décomplexée est arrivée et ca va faire mal !
©

Chasse aux riches

Depardieu : la Gauche décomplexée est arrivée et ca va faire mal !

Yann Galut propose de retirer la nationalité aux exilés fiscaux. Jérôme Lambert propose d’exproprier Gérard Depardieu de ses biens. Ces délires populistes de députés en mal de médiatisation illustrent une inquiétante dérive des esprits.

Arnaud Dassier

Arnaud Dassier

Arnaud Dassier est entrepreneur, actif en Ukraine depuis 2006, ancien élève du DEA d’études russes de Sciences Po, et marié à une femme d’origine ukrainienne.

Voir la bio »

Le discours que tiennent certains socialistes dans l’affaire Depardieu est encore pire que les actes de la loi de finances, car il plombe définitivement le moral de ceux qui ont réussi ou veulent réussir en ne leur laissant aucun espoir pour la suite.

Yann Galut propose de retirer la nationalité aux exilés fiscaux. Un certain Jérôme Lambert propose d’exproprier Depardieu de ses biens (et donc demain tous ceux qui se proposent de quitter la France ?). Ces délires populistes de députés en mal de médiatisation, et croyant faire plaisir à leur électorat, illustrent une inquiétante dérive des esprits. Une libération de la démagogie. Ces sans culottes ne sont pas à la LCR de Besancenot, ni même au Front de Gauche de Mélenchon, mais au PS, le parti qui gouverne le pays... S’ils pensent qu’ils peuvent impunément faire des propositions anticonstitutionnelles, qui remettent en cause les fondements mêmes de notre modèle économique, social et juridique depuis 1789, c’est grave.

  • Article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme : « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression. »
  • Art. 17.  « La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité. »
  • Article 15 de la Constitution : « Nul ne peut arbitrairement être privé de sa nationalité ». Il est vrai qu’à notre époque, on change la Constitution selon les humeurs médiatico-politiques du moment…

C’est grave parce que cela participe à une ambiance délétère, désespérante. Leur discours décomplexé renforce l’idée que la chasse aux riches est ouverte et que l’on peut les insulter, les menacer de les dépouiller, impunément, sans que cela ne déclenche de tollés. C’est même tout le contraire. Monsieur Yann Galut a été promu à la tête du groupe de réflexion parlementaire sur l’exil fiscal grâce à sa provocation tonitruante. On croit rêver ou plutôt cauchemarder… Vous êtes bien en France, en 2012, et dehors la mondialisation emmène les pays émergents vers la prospérité…

On voudrait encourager les riches et les entrepreneurs à partir encore plus vite que l’on ne s’y prendrait pas autrement. Jusqu’où va-t-on aller dans cette dérive ? Passera-t-on un jour de la parole aux actes ? Certains ne vont pas vouloir attendre la réponse. Peu importe d’ailleurs, cette ambiance est devenue suffisamment irrespirable, délétère et insupportable, pour les y encourager dès maintenant.

Cette dérive est le résultat d’une certaine conception de la politique basée sur l’émotion, les bons sentiments, qui s’appuie sur les difficultés et le ressentiment d’une partie des Français, pour désigner une autre partie d’entre eux –les « nantis »- comme des égoïstes qui profitent d’une bonne fortune qu’ils doivent à la Nation et aux travailleurs. On peut contester cette vision de l’enrichissement mais admettons qu’elle soit juste. Suffirait-il de prendre les biens de quelques dizaines de milliers de riches français pour sortir durablement de la pauvreté des millions d’autres ? Non, bien sur. Bien au contraire, nous avons besoin d’encourager les riches à travailler et investir plus, pour créer de l’activité, de l’emploi, et des recettes fiscales supplémentaires...

Justice sociale, patriotisme, égoïsme… tous les éléments de langage des socialistes jouent sur le même registre émotionnel. On ne fait pourtant pas de bonne politique avec de bons sentiments. Il y a une inversion des priorités qui est contre productive. La fiscalité n’a pas pour but premier la Justice sociale mais de faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat pour payer les services publics. Or l’Histoire économique a démontré à plusieurs reprises ce qui a été théorisé dès le Moyen âge et plus récemment par Laffer : trop d’impôt tue l’impôt, les hauts taux tuent les totaux. Quand les taux d’imposition sont trop élevés, et perçus comme confiscatoires, les contribuables concernés cachent leurs revenus, s’exilent ou lèvent le pied. L’assiette fiscale diminue et les recettes fiscales baissent.

  • Entre 1960 et 1983, les Etats Unis ont baissé le taux marginal de l’impôt sur le revenu de 90 à 23 % et les recettes fiscales ont augmenté.
  • En Russie, Poutine a baissé le taux d’imposition de 30 à 17 % et les recettes fiscales ont été multipliées par 4 !
  • En Angleterre, après avoir passé la tranche marginale de 45 à 50 %, les recettes fiscales ont diminué, et le Gouvernement est revenu à la tranche à 45% l’année suivante (le pragmatisme anglo-saxon dont nos politique français idéologues et sentimentaux sont malheureusement dénués).

Savoir si l’exil fiscal c’est bien ou mal, c’est un débat dans lequel se complaisent les élus socialistes mais qui n’a aucun intérêt et ne règle aucun problème.

En France, les taux de tous les impôts sont déjà parmi les plus élevés du monde. Les augmenter encore et y ajouter un discours insultant et menaçant pour ceux qui osent s’en plaindre ou s’exiler, c’est la meilleure manière de les décourager ou de les faire fuir et de diminuer l’assiette fiscale. Ce faisant les socialistes tirent une balle dans le pied de leur chère Justice Sociale. Car comment mieux aider les plus défavorisés quand les recettes fiscales diminuent ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !