Couverture du Nouvel Obs : stop aux clichés sur le couple antisémitisme/Front national | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Couverture du Nouvel Obs : stop aux clichés sur le couple antisémitisme/Front national
©

La vérité si je mens

Couverture du Nouvel Obs : stop aux clichés sur le couple antisémitisme/Front national

Cette semaine, l'hebdomadaire présentait un dossier spécial "Antisémitisme : ce qu'on ne veut pas dire", comparant l'antisémitisme des jeunes du Maghreb et d'Afrique à celui pratiqué avant-guerre en Occident. Le magazine n'hésite pas à nourrir le fantasme d'un couple antisémitisme - Front national.

Christian Millau

Christian Millau

Grand reporter, critique littéraire notamment pour le journal Service Littéraire, satiriste, Christian Millau est aussi écrivain.

Parmi ses parutions les plus récentes : Au galop des hussards (Grand prix de l'Académie française de la biographie et prix Joseph-Kessel), Bons baisers du goulag et aux éditions du Rocher,  Le Petit Roman du vin, Journal impoli (prix du livre incorrect 2011), Journal d'un mauvais Français (21 avril 2012) et Dictionnaire d'un peu tout et n'importe quoi (Rocher, 2013)

Voir la bio »

Une couverture du Nouvel Observateur : “Antisémitisme. Ce qu’on ne veut pas dire “.

En effet, on ne saurait mieux ne pas dire… la lecture de cette enquête m‘a laissé sur une impression bien étrange. Celle qu’on se payait ma tête et une fois de plus, que la vérité toute simple, la vérité nue avait du mal à circuler sur le trottoir de gauche. Certes, tout y est. Les cassages de gueule des jeunes juifs, à la sortie de l’école, l’attaque au marteau à Villeurbanne, les tombereaux d’injures – “On va tous vous saigner, sales juifs que vous êtes !”,”Les juifs, c’est la pire des races “ -, le rappel de la tuerie de Toulouse par Mohamed Merah, le refus dans certaines classes des quartiers ”sensibles” (le mot est bien choisi !) d’observer une minute de silence en hommage aux victimes, les chiffres “qui  flambent “(plus de 300 actes de violence par an), les bruits ahurissants qui courent chez les “d’jeunes” (“Au McDo, pour chaque repas acheté, il y a un euro pour l’armée israélienne)… oui, tout y est. Y compris des allégations sidérantes.

Sans le dire, tout en le disant, c’est la France toute entière qui navigue sur la vague antisémite. Nous sommes tous responsables. A un moment,  l’auteur de l’article lâche cette énormité à propos de cet antisémitisme “qui est souvent(sic) le fait de jeunes issus du Maghreb ou d’Afrique noire“ : ”Il n’est pas éloigné de l’antisémitisme occidental si banal et florissant dans les années 1930“.

Quoi ? Dans les années 30, on tapait sur les Juifs à la sortie des écoles, dans les squares ou dans le métro ? Pourquoi pas aussi des pogroms ? Oui, un antisémitisme fleurissait  dans la société française, que je nommerais, par dérision, un “antisémitisme mondain”, en référence à un  ”alcoolisme mondain”.

Le “youpin“, le juif “qui s’accapare tout “ et mille autres variations sur le même thème pourrissaient une partie de la société française, à commencer par une bonne part du gratin de la littérature et de la presse bourgeoise (de Giraudoux à Morand, de Simenon à Jules Romains , de l’Action française à l’Ami du peuple). Bouffer du juif n’était pas une mode nouvelle mais un très ancien jeu de société. Si ce n’est  qu’on en “bouffait “mais qu’on n’en tuait pas". Les délires d’un Céline n’ont inspiré le moindre acte de violence. A l’époque, même à l’extrême- droite la plus acharnée, personne n’est sorti des rangs pour agresser des juifs ou profaner des cimetières. Le sport macabre, c’était de l’autre côté du Rhin qu’on le pratiquait.

Et aujourd’hui, que se passe-t-il ? Bien sûr, le démon de l'extrême droite est sorti de sa boite. Antisémitisme et Front national…Le couple idéal. Dans cet article, la Licra ne se prive pas de le rappeler en une formule qui me coupe le souffle : ”L’antisémitisme d’extrême - droite est plus organisé” (sous entendu : que celui des musulmans) !

Qu’on nous dise où et quand des abrutis frontistes ont agressé des porteurs de kippa ou souillé leurs tombes ? A Carpentras, il y a vingt deux ans ? La gauche aurait bien aimé fourrer le FN dans ce panier de linge sale. Raté !

Je ne voyage pas avec la tribu Le Pen mais même si chez eux, il y en a qui bouffent du juif, ils n’en saignent pas.

Alors pourquoi quand on s’appelle Le Nouvel Observateur et qu’on appâte le client avec des titres aguicheurs, oui pourquoi ne dit-on pas clairement et simplement la vérité ?

Surtout quand tout le monde la connait : les Français ne sont pas emportés par une vague antisémite. Le souvenir de la Shoah a fermé les becs les plus sales.

La “vague” en question nous arrive de l’Islam en général et de la Palestine en particulier. C’est à Israël et au sionisme que ces jeunes cinglés croient casser la gueule quand ils dérouillent ces “sales juifs “, nos frères de France.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !