Guinée équatoriale, Congo-Brazaville, Gabon : ces chefs d’Etat africains qui président avant tout à leur propre intérêt | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
 Guinée équatoriale, Congo-Brazaville, Gabon : ces chefs d’Etat africains qui président avant tout à leur propre intérêt
©AFP

Corruption

Guinée équatoriale, Congo-Brazaville, Gabon : ces chefs d’Etat africains qui président avant tout à leur propre intérêt

Gilles Gaetner a mené une enquête de plusieurs années sur de nombreux dirigeants africains au Congo Brazzaville, en Guinée Equatoriale ou bien encore au Gabon. Il dévoile l'étendue des scandales dans l'entourage des présidents et révèle l'injustice organisée dans les plus hautes sphères du pouvoir. "Pilleurs d'Afrique" est publié aux éditions du Cerf. Entretien.

Gilles Gaetner

Gilles Gaetner

Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves –Editions). Il est également l’auteur d’une quinzaine de livres parmi lesquels L’Argent facile, dictionnaire de la corruption en France (Stock), Le roman d’un séducteur, les secrets de Roland Dumas (Jean-Claude Lattès), La République des imposteurs (L’Archipel), Pilleurs d’Afrique (Editions du Cerf).

Voir la bio »

Atlantico : Dans votre livre "Pilleurs d'Afrique" publié aux éditions du Cerf, vous vous êtes attardé sur les pratiques des chefs d'Etat de trois pays africains (la Guinée équatoriale, le Congo-Brazaville et le Gabon) en soulignant leur train de vie démesuré rendu possible grâce aux caisses de ces Etats et aussi, vous le soulignez, avec la complaisance d'institutions bancaires et étatiques françaises. Peut-on parler d'un retour de la françafrique ?

Gilles Gaetner : Je reste prudent, cela n'a rien à voir avec la françafrique de Foccard. Pour moi l'on peut parler de restes de la françafrique dans la mesure où il y a un certain nombre d'intervenants français proches de ces chefs d'Etat africain  (en particulier de Sassou-Nguesso) et qui font une interaction entre ces Etats et certains industriels français qui bénéficient de contrats. C'est un français qui gère la fortune de Nguesso par exemple via des sociétés offshore (il aurait géré à un moment près de 60 millions d'euros). Pour autant on ne peut pas parler d'un retour de la françafrique, il n'y a pas exemple plus de cellule Afrique à l'Elysée par exemple. On peut aussi noter que les relations ont été très froides avec le président François Hollande. Nguesso pendant la présidentielle était un partisan de François Fillon et, lorsque Macron a été élu, s'est contenté d'un message très diplomatique pour féliciter le nouveau chef de l'Etat.

 Les choses ont changé et à mon avis il y a un phénomène assez important qui prouve que la françafrique est beaucoup moins importante qu'avant c'est l'initiative qu'a prise le président quand il est allé au Burkina Faso quand et qu'il a dit qu'il déclassifierait des documents secret-défense pour connaître la vérité sur la mort de Thomas Sankara. 

A force de vous voir énumérer les cas de corruption on en vient à se poser la question de l'inefficacité des mécanismes de contrôle internationaux ? Comment l'explique-t-on ?

D'abord il faut souligner la complexité des montages financiers qui sont réalisés à travers des paradis fiscaux (comme Hong-Kong par exemple) et des sociétés écran. Dans la mesure où tout cet argent provient du trésor public de chaque pays il est compliqué pour les instances internationales d'intervenir.

Maintenant la France est compétente pour instruire les trois cas des chefs d'État africain. La Cour de cassation a estimé que le produit de l'infraction avait eu lieu en France à travers les achats de voiture, de biens immobiliers…

Les trois États mis en cause considèrent qu'instruire ces cas relève de l'atteinte à la souveraineté des pays acquéreurs de ces biens et cela entraîne non seulement un débat juridique mais aussi des tensions diplomatiques. Il n'empêche que dans le cas de l'affaire Obiang, le fils du président déclare 8000 euros par mois de revenus. Avec ces indemnités il semble difficile de pouvoir acheter un hôtel particulier de 100 millions d'euros ou une maison à Malibu de 28 millions d'euros. L'attitude de la société générale dans le cas d'Obiang est d'une bienveillance absolue. Ce qui interroge.

Comment explique-t-on cette bienveillance générale ?

Ce sont les vestiges de la françafrique. On fait très attention à ces chefs d'Etat africains. Nous sommes prudents. Il y a des relations commerciales et économiques fortes avec les Etats en question et d'importants intérêts français dans ces pays. Maintenant il est intéressant aussi de souligner que les intérêts français dans cette région du monde s'estompent et que les Chinois prennent une place de plus en plus importante.

Enfin, il est évident que lorsque l'on voit cette nomenklatura composée de même pas une cinquantaine de personnes qui accaparent les richesses et vivent sur un train de vie phénoménal alors que la population de ces pays vit souvent dans une situation d'extrême pauvreté cela laisse pantois. Il est bien difficile de prédire la suite mais cette situation ne peut pas bien se terminer.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !