Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Exode urbain

Bonne ou mauvaise nouvelle ? Ce qui se passe vraiment quand les riches fuient les métropoles

De plus en plus d'ultra-riches, mais aussi d'entreprises, quittent les métropoles pour s'installer dans des territoires où le foncier est moins cher et la qualité de vie, meilleure. Avec des conséquences bien concrètes.

Philippe Crevel

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio »

Atlantico : Aux Etats-Unis, de plus en plus d’ultra-riches semblent vouloir quitter les métropoles. C'est le cas du fonds Elliot Management, de Goldman Sachs, d'Elon Musk et de son usine CyberTruck ou encore d'Ivanka Trump. Comment expliquer cette tendance ? Pourrait-on la constater aussi en France ?

Philippe Crevel : Les métropoles ont connu un essor très important depuis les années 1980 que ce soit aux Etats-Unis, en Europe ou en Asie. L’augmentation du coût du foncier, le problème des transports, la dégradation des conditions de vie, en lien avec le réchauffement climatique, expliquent le début de désaffection dont souffrent les grandes agglomérations. Les jeunes actifs privilégient de plus en plus les cités à taille humaine et sont moins enclins que les générations précédentes à habiter au sein de très grandes villes et passer de nombreuses heures dans les transports. Pour les entreprises, le prix des bureaux est devenu tel que le choix de métropoles plus petites s’impose sur le plan financier. Les dirigeants des grandes entreprises américaines comme Elon Musk ou Ivanka Trump peuvent s’implanter en-dehors des grandes cités sans que cela nuise à l’attractivité de leurs entreprises. Leur choix est, en outre, tendance. Avec la crise de covid-19, celle-ci ne peut que se renforcer. Les salariés passent moins de temps dans leur bureau avec le télétravail. Ils aspirent à des maisons plus grandes avec un jardin. La France n’échappe pas à cette évolution. Des villes comme Angers, Le Mans, Tours, Reims ou Aix en Provence en bénéficient. Les sièges sociaux des grandes entreprises partent de Paris pour migrer en banlieue. Dans les prochaines années, elles devraient diminuer la surface de leurs bureaux et en délocaliser une partie au sein d’agglomérations de taille plus modestes.

Quel est l’impact du départ des ultra-riches sur les finances d’une ville ?

Il convient de distinguer le départ des entreprises et celui des habitants classés comme ultra-riches. Le départ des sièges sociaux, des bureaux signifie une perte de recettes fiscales pour les collectivités locales et d’activités pour les commerces. Ce phénomène en cours transforme le cœur des agglomérations en musées, en zones touristiques. C’est pourquoi aujourd’hui les finances de Paris sont fragilisées. Cette désertification économique progressive rebat les cartes entre les agglomérations. Les métropoles supportent des coûts importants en matière de services publics. Avec la raréfaction de leurs ressources, elles seront contraintes d’augmenter le poids des impôts entraînant le départ des classes moyennes voire supérieures. Un processus de paupérisation pourrait s’engager.

Les ultra-riches n’ont pas le même comportement de part et d’autre de l’Atlantique. Aux Etats-Unis, ils résident en banlieue dans des quartiers protégés au sein de maison avec jardin quand en France, ils avaient tendance à se concentrer au cœur des agglomérations tout en disposant de maisons secondaires dans des lieux de villégiature. Bill Gates vit à Medina près de Seattle. Jeff Bezos se partage entre Beverly Hills, un ranch dans le Texas et Manhattan. Warren Buffet, vit à Omaha dans le Nebraska. Mark Zuckerberg habite en Californie à à Palo Alto

Par rebond, les quartiers défavorisés peuvent-ils pâtir de ces migrations ?

Si les riches ne paient plus leurs impôts à Paris mais à Deauville, à Ajaccio ou à Angers, c’est une mauvaise nouvelles pour la capitale mais aussi pour ses habitants les plus modestes. Par ailleurs, si les ultra-riches désertent le cœur des métropoles, c’est moins de dépenses de consommation, moins d’emplois à domicile, moins d’investissement dans l’immobilier et donc moins d’emplois. Une ville est une communauté constituée par plusieurs catégories sociales. Si les dirigeants d’entreprises partent d’une agglomération, s’ils ne sont pas remplacés, elle s’étiole, elle décline. Marseille en est un bon exemple. Les bourgeois ont préféré s’installer à Aix en Provence. De ce fait, les finances de Marseille sont exsangues. Les activités productives ont déserté.

Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.