Atlantico lance des abonnements payants : pourquoi votre soutien est important pour nous | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Notre nouvelle mascotte
Notre nouvelle mascotte
©

Éditorial

Atlantico lance des abonnements payants : pourquoi votre soutien est important pour nous

Nous avons décidé de la mise en place d’un pay-wall (en français, un mur payant). Le principe en est simple : Atlantico reste gratuit pour tous, mais au-delà d’une moyenne de 5 articles lus chaque mois, nous vous proposons des abonnements afin de pouvoir nous lire sans modération.

Jean-Sébastien Ferjou

Jean-Sébastien Ferjou

Jean-Sébastien Ferjou est l'un des fondateurs d'Atlantico dont il est aussi le directeur de la publication. Il a notamment travaillé à LCI, pour TF1 et fait de la production télévisuelle.

Voir la bio »

Quelques semaines après son 3e anniversaire, Atlantico entame aujourd’hui une nouvelle phase de son histoire.

Nous sommes heureux que vous soyez toujours plus nombreux à nous lire (près de 4 millions de visiteurs uniques – données Google analytics mars 2014). Toujours plus nombreux aussi à vous reconnaître dans la démarche éditoriale de la rédaction en considérant à 86% que nous avons acquis une vraie légitimité en matière d’informations économiques et politiques et à 77% que le site est indispensable (étude Think Out/Opinion Way décembre 2013 3055 répondants). Merci !

Aujourd'hui la presse, qu'elle soit papier ou digitale, fait face à de nombreux défis qui dépassent de loin la seule question de ses modèles économiques pour aller jusqu'à la définition même de ce qu’elle peut être. Si le besoin d’information demeure, à l’heure du web, de l’accélération du temps et de la complexification technologique de notre monde, tout a changé. A commencer par les modèles de revenus des médias.

Ne bénéficiant pas d'une notoriété préétablie, Atlantico avait fait le choix de se lancer dans un premier temps sur un modèle gratuit financé par la publicité. L'enjeu de cette première phase était de construire la marque, sa visibilité et sa crédibilité journalistique. Avec un marché publicitaire dominé par les acteurs historiques des médias, la forte progression de notre CA publicitaire ne suffit cependant pas à équilibrer nos comptes de média en plein développement.

Les objectifs de cette phase 1 étant atteints, le temps de la phase 2 et de l’introduction d’une part de contenus payants est arrivé.   

Nous avons ainsi décidé de la mise en place d’un pay-wall (en français, un mur payant). Le principe en est simple : Atlantico reste gratuit pour tous, ce qui change, c’est que maintenant, au-delà d’une moyenne de 5 articles lus chaque mois, nous vous proposons des abonnements afin de pouvoir nous lire sans modération.

Ces abonnements à 4,90€ par mois ou 49€ par an (ou plus si vous nous aimez vraiment beaucoup) incluent l’arrivée de services nouveaux (best of hebdomadaire des meilleurs articles pour les plus pressés, suivi de vos contributeurs préférés, classeur d’articles personnalisé, etc…) que je vous invite à découvrir ici.

Quant aux commentaires des articles, ils seront désormais ouverts à nos seuls abonnés pour privilégier les échanges constructifs aux invectives et débordements trop souvent constatés jusqu’ici.    

La liberté de la presse et la liberté d'expression n'ont sans doute pas de prix mais une information de qualité, elle, a un coût. 

Loin des budgets de grands groupes, les frais de fonctionnement de la start-up dynamique qu'est Atlantico sont d'environ 1,5 million d'euros par an.  

Nous aurions pu faire le choix de gagner plus d’argent en adoptant les recettes qui permettent de créer un contenu le plus populaire possible, quitte à ne plus suivre que des algorithmes déterminant à l’avance ce qui va plaire en renonçant à toute originalité éditoriale. Ou choisir de générer des revenus en faisant ce que le marché appelle du "native advertising", manière plus élégante de désigner ce qui autrefois s’appelait du publi-reportage. Ou encore choisir d’aller lever toujours plus de fonds auprès de grands investisseurs agacés par certains choix politiques actuels et peut-être séduits à l’idée de s’acheter un peu d’influence. Quant à l’option "effacement de dettes" par l’Etat comme en a bénéficié l’Humanité à hauteur de 4 millions d’euros il y a quelques semaines, il ne nous semble pas très sain que des médias "survivent" principalement grâce à des aides publiques. 

Notre choix est plus simple : C’EST VOUS.

Quitte à dépendre de quelqu’un ou de quelque chose, et dans la droite ligne de nos convictions sur l’esprit d’entreprise, nous sommes prêts à assumer le risque de vous convaincre que nos contenus éditoriaux ont suffisamment d’intérêt pour qu’une partie d’entre vous pense qu’il est justifié de participer au financement d’une partie du travail de notre rédaction d’une quinzaine de journalistes, que nous continuons régulièrement à étoffer. Gilles Gaetner, longtemps en charge de l’investigation à l’Express quitte Valeurs Actuelles et nous rejoint ainsi ce mois-ci, comme l’ont fait aussi récemment Nicolas Goetzmann pour l’économie, Barbara Lambert pour les sujets société ou Jean-Marc Sylvestre et son équipe pour l’animation d’Atlantico Business.

Comme pourrait le dire Atlanti-Cow, notre nouvelle mascotte, nous sommes tous des animaux sociaux et à ce titre, enclin à nous fondre dans le troupeau. Il faut de l'énergie, un brin de rébellion et beaucoup de discipline pour ne pas céder aux facilités. Qu'elles soient éditoriales, politiques, idéologiques ou simplement liées à l'air du temps.

Depuis notre création, beaucoup de gens nous ont recommandé d'écrire une charte éditoriale pour exposer les valeurs auxquelles nous croyons. S'il est évident que celles de la démocratie, de la liberté de penser et de critiquer et du respect des opinions et des individus sont des fondements absolus, pourquoi s'enfermer dans une lecture préfabriquée du monde qui prétendrait détenir toutes les réponses ?

Le diable se niche souvent dans les détails, les chiffres et les contradictions de la nature humaine comme de la réalité. Il est certes confortable d'avoir des grilles de lecture toutes faites mais quelles que soient leurs inspirations, inévitablement elles enferment.

Réfléchir en étant créatif, sortir des questions qui ne font que reproduire des schémas de pensée du passé, essayer de voir plus loin tout en assumant aussi les bienfaits d’un certain conservatisme, identifier les penseurs ou les experts qui analysent le mieux notre monde en transformation radicale et rapide... Assumer même l'erreur et la reconnaître le cas échéant. Voilà notre mission au quotidien. D'où notre modèle de "raisonnement checking" et notre réseau de plus de 2500 contributeurs-experts pour vérifier la validité des arguments échangés au quotidien dans le débat public.


Notre promesse était celle d'un vent nouveau sur l'info ; quitte à ébouriffer un peu parfois, nous nous sommes toujours efforcés d'avancer sans œillères ni tabous. Nous comptons sur vous pour nous aider à prolonger et conforter la promesse Atlantico ! Merci

Et si vous voulez vous abonner tout de suite, c’est ici.


Atlantico fête ses trois ans : présentation de notre site by Atlantico.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !