Après les islamistes modérés, voici maintenant les djihadistes modérés ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
Après les islamistes modérés, voici maintenant les djihadistes modérés.
Après les islamistes modérés, voici maintenant les djihadistes modérés.
©Reuters

Il faut raison garder…

Après les islamistes modérés, voici maintenant les djihadistes modérés !

Ils ne sont pas, paraît-il, aussi cruels qu'on le dit. Il y a d'infinies nuances entre eux, selon leur implantation géographique.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Les représentants de l'ONU à Bagdad ont fait état d'une "fatwa" de l'armée de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant imposant des "mutilations génitales" (c'est-à-dire l'excision) à toutes les femmes âgées de 11 à 46 ans. Les Nations Unies sont peut-être allées trop vite en besogne. Car cet édit daterait d'il y a un an et, en plus, ne serait pas authentifié par le sceau de l'émir. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes islamistes.

Les djihadistes qui tiennent Mossoul se contenteraient donc pour le moment de chasser ou de convertir les chrétiens (magnanimes, ils ne les tuent pas) et de massacrer les chiites (mais ça tout le monde s'en fout, sauf les chiites). Ces djihadistes-là sont donc des djihadistes modérés… Tout comme en Iran où nous avons des islamistes modérés qui exercent le pouvoir. Cinq personnes ont, là-bas, été fouettées en public pour ne pas avoir respecté le jeûne du Ramadan. Ouf, ils n'ont pas été tués.

De toute façon, on a bien tort de se focaliser sur les djihadistes et les islamistes. Dans Libération, un politologue, qui a son rond de serviette à Sciences Po, nous explique pourquoi. 600 ou 700 djihadistes français en Syrie ? Pff ! 7 000 Français ont combattu dans la division SS Charlemagne au côté des nazis, rappelle-t-il. "A-t-on pour autant amalgamé tous les Français à ces admirateurs d'Hitler ?" se lamente-t-il en déplorant qu'on le fasse avec les musulmans.

Dans la même veine, il poursuit en expliquant que la présence dans les manifestations anti-israéliennes de casseurs ou de drapeaux djihadistes ne fait pas de tous les manifestants des casseurs ou des islamistes, car l'immense majorité de ceux qui ont défilé est fondamentalement pacifique. Dans le dictionnaire des idées reçues, et en développant sa pensée, ça pourrait donner ceci.

Il ne faut pas se focaliser sur les catastrophes ferroviaires, car l'immense majorité des trains, etc... Il ne faut pas sans cesse évoquer la violence des banlieues, car l'immense majorité, etc… Il ne faut pas s'inquiéter des battes de baseball et des kalachnikovs, car l'immense majorité, etc… Et – ne boudons pas notre plaisir – il ne faut pas s'en prendre à un politologue faible d'esprit, car l'immense majorité, etc…

Maintenant regardons en bas de chez nous. Des manifestants ont crié "mort aux Juifs !" En ont-ils tué ? Non. Ils sont modérés. Devant un tribunal correctionnel, certains d'entre eux ont été jugés en comparution immédiate. Ils avaient attaqué un restaurant casher en hurlant "sales Juifs, on va vous crever !" Ont-ils mis leur menace à exécution ? Non. Modérés donc. Tout comme les peines prononcées : des relaxes et du sursis.

Le plus chanceux d'entre eux était accusé de "violences à connotation religieuse". Il avait en effet administré une claque sur les fesses d'une des clientes du restaurant. Mais le tribunal, dans sa grande sagesse, a estimé qu'il ne pouvait être démontré que le geste en question avait un "caractère antisémite". Va donc savoir, peut-être que la plaignante était jolie… Il a été relaxé.

De la modération en toute chose, voilà ce qu'il nous faut. En Irak, en Syrie, en Iran et en France. D'ailleurs, Sihem Souïd, conseillère de Christiane Taubira, ne s'est pas trompé en réagissant à la présence lors des manifestations anti-israéliennes de drapeaux identiques à ceux brandis par les djihadistes de Mossoul. Elle a tweeté qu'il s'agissait "d'une sympathique profession de foi musulmane". Elle ferait un beau couple, qui s'aimerait sans modération, avec le politologue cité plus haut. Et ils auraient plein d'enfants : des petites filles qu'on voilerait dès l'âge de 12 ans…

PS : En Libye, des milices islamiques s'affrontent. Bilan : une centaine de morts. A Roquemaure dans le Gard, deux bandes rivales se sont battues (haches, couteaux, barres de fer). Bilan : zéro mort. C'est modéré. 

A lire du même auteur : Le gauchisme, maladie sénile du communisme, Benoît Rayski, (Atlantico éditions), 2013. Vous pouvez acheter ce livre sur Atlantico Editions.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !