Alerte sur les prisons : les chiffres qui révèlent les périlleuses passoires que deviennent les établissements pénitentiaires en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Alerte sur les prisons : les chiffres qui révèlent les périlleuses passoires que deviennent les établissements pénitentiaires en France
©DENIS CHARLET / AFP

Données

Alerte sur les prisons : les chiffres qui révèlent les périlleuses passoires que deviennent les établissements pénitentiaires en France

D'origine syndicale, la nouvelle paraît le 6 avril : "Saint-Quentin-Fallavier : en une nuit, une vingtaine de colis projetés contenant cocaïne, portables et armes". Emmanuel Macron et Nicole Belloubet pourraient s'inspirer d'un dispositif déployé en Grande-Bretagne afin de stopper ces trafics.

Xavier Raufer

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée dans le chaos mondial : mafias, triades, cartels, clans. Il est directeur d'études, pôle sécurité-défense-criminologie du Conservatoire National des Arts et Métiers. 

Voir la bio »

D'origine syndicale, la nouvelle paraît le 6 avril : "Saint-Quentin-Fallavier : en une nuit, une vingtaine de colis projetés contenant cocaïne, portables et armes". Ainsi, en une seule nuit, une vingtaine de colis illicites sont lancés de l'extérieur par dessus les murs de cette prison ; puis montés aux cellules par des cordes et grappins bricolés.

Notons d'abord que (selonles syndicats) cette infiltration en prison de biens interdits (drogue, armes, portables) n'est désormais plus le fait des familles et copains, mais de gangs logistiques payés pour ça, avec micro-téléphones fournis aux complices détenus et actions de diversion dans la prison, pour attirer les surveillants loin des zones où opèrent les lanceurs de colis.

Retour à Saint-Quentin-Fallavier : fouillant ensuite les cellules, les surveillants y retrouvent quinze des vingt colis repérés. Ils contiennent : trois portables avec chargeurs, 350 g. de cannabis, 10 pochons de cocaïne et un couteau à lame de céramique (indétectable, donc). Vérification faite auprès des syndicats, faisons ce (minimaliste) calcul :
1 - Sur les 180 prisons de France, imaginons qu'une moitié subisse de telles "livraisons" : 90 prisons.(mais c'est sans doute plus) ;
2 - Que dans ces prisons, (après récupération par les surveillants) une quinzaine de colis arrive chaque semaine aux détenus : 15 x 52 = 780 colis par an, par prison.
3 - 780 colis X 90 prisons : 70 200 colis par an arrivent ainsi à bon port aux détenus dans les prisons de France métropolitaine.
4 - Imaginons maintenant le contenu de ces colis livrés à bon port ; là aussi, modestement :
- 1 colis sur 2 contient un téléphone portable : 35 100 portables (par an),
- chaque colis contient 50g. de cannabis : 3,51 t. de haschisch (par an),
- un colis sur deux contient 3 pochons d'1/2 gramme de cocaïne (1,5 g. de cocaïne dans ces colis) : ± 53 kilos de cocaïne par an, soit ± 100 000 doses d'1/2 gramme,
- un colis sur 10 contient un couteau en céramique, soit ± 7 000 armes de ce type par an.
Toujours en avril 2019, ces calculs sont confirmés par un autre syndicat, partant de recherches faites au centre pénitentiaire de Perpignan (nombre de portables, quantités de stupéfiants, etc.).
Voilà ce qui (minimum) parvient aux détenus des prisons de France métropolitaine. Et ce n'est qu'un mode de livraison des armes et de la drogue en prison. En plus, existe la transmission aux parloirs, entre public et détenus non fouillés. 
Maintenant le scandale : si le gouvernement en décidait ainsi, ce trafic pourrait être bloqué sur le champ. Car si Mme Belloubet s'avisait de regarder la situation des prisons en Europe, au lieu de se soucier du vote des détenus aux élections à venir, elle apprendrait ceci - que clairement, elle ignore : en Grande-Bretagne, un dispositif high-tech (dont le mode opératoire est bien sûr secret) localise au mètre près les portables en prison et alerte à la minute quand il en détecte un. Après six mois d'essais, ce dispositif (financé par un budget de 70 millions de £) fonctionne comme une horloge dans cinq premières prisons anglaises.
PRÉCISIONS 
- La menace des indétectables poignards en céramique n'est pasfictive : le 15 mars passé, trois de ces couteaux sont trouvésaux mains de deux gros voyous, lors d'une fouille dans la prison de Villeneuve-les-Maguelone.
- En prison, les portables sont un crucial outil criminel pour les caïds qui en usent pour diriger leurs trafics extérieurs, drogue, racket, commandite d'homicides. Eradiquer les portables des prisons, c'est résoudre 70% des problèmes des surveillants, suicides compris.
- Au prix de demi-grospayé par les dealers et voyous détenus, le kilo de cannabis marocain est de ± 3 000 €. Le hasch livré en prison, c'est donc un budget de ± 10 millions d'€...
- Arrivé en Europe, le kilo de cocaïne pur à ± 70% coûte ±50 000 € en gros. Ensuite coupée ± 3 fois, cette cocaïne est vendue au détail de 60 à 80 € le gramme. La cocaïne livrée en prison représente donc un budget de 5,3 millions d'€.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !