Alain Juppé à "Des Paroles et des Actes" : l’art de manier le consensus et de balayer les critiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Alain Juppé était l'invité de l'émission "Des Paroles et des Actes".
Alain Juppé était l'invité de l'émission "Des Paroles et des Actes".
©Reuters

"Droit dans mes bottes"

Alain Juppé à "Des Paroles et des Actes" : l’art de manier le consensus et de balayer les critiques

Alain Juppé était jeudi 2 octobre l’invité de David Pujadas dans l’émission "Des Paroles et des Actes". Le maire de Bordeaux, qui vise la prochaine présidentielle, a tenté de se démarquer de Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l’UMP, sans renier le travail mené par ce dernier. Certains commentateurs lui ont reproché de passer un peu vite sur certaines questions.

Bruno Cautrès

Bruno Cautrès

Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes portant sur la participation politique, le vote et les élections. Il a développé d’autres directions de recherche mettant en évidence les clivages sociaux et politiques liés à l’Europe et à l’intégration européenne dans les électorats et les opinions publiques. Il est notamment l'auteur de Les européens aiment-ils (toujours) l'Europe ? (éditions de La Documentation Française, 2014) et Histoire d’une révolution électorale (2015-2018) avec Anne Muxel (Classiques Garnier, 2019).

Voir la bio »

Atlantico : Alain Juppé a-t-il su faire entendre ses différences au cours de l’émission ? Sa méthode est-elle bonne pour réussir à conquérir l’Elysée ?

Bruno Cautrès : La prestation télévisée d’Alain Juppé a été assez réussie. Vis-à-vis de Nicolas Sarkozy il a habilement mélangé l’expression feutrée de différences et des hommages aux réformes entreprises par l’ancien président. Sur le fond, les différences n’ont pas été très fortement argumentées et exprimées néanmoins. On a retrouvé dans ses propositions des points qui font consensus à droite : suppression de l’ISF, fortes baisses des dépenses publiques, moins de fonctionnaires (retour au non remplacement de 1 sur 2). En termes de communication politique sa méthode semble pour le moment la bonne ; mais nous sommes très loin de 2017 et pour le moment il faut éviter de généraliser trop vite à partir d’une émission de télévision sans doute regardée par une petite partie des français seulement.

D’une manière générale, que peut-on retenir de cette émission ? Alain Juppé a-t-il été à l’aise ? A-t-il été convainquant ?

Alain Juppé a réussi à faire mentir l’image d’un Juppé "droit dans ses bottes". Il est apparu très à l’aise, souriant et même capable de parler de ses erreurs et déboires judiciaires. Je me demande néanmoins si le climat de complicité qui semblait dominer l’émission ne va pas apparaître auprès de certains électeurs comme illustrant l’écart entre le "microcosme politique" et la réalité de leur vie.

Deux moments forts de l’émission ont été les débats avec la députée FN Marion Maréchal Le Pen et le secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen. Qui est sorti vainqueur de ces deux oppositions ? Pourquoi ?

Le vrai moment fort de l’émission a été le dialogue difficile entre Alain Juppé et une spectatrice de l’émission, militante de la cause des droits des ceux qui subissent les "contrôles au faciès". Le dialogue de sourd à un moment donné de ce passage de l’émission a semblé être atypique dans cette émission (comme l’arrivée de quelqu’un qui d’un seul coup "cassait l’ambiance") et révélateur de tout un ensemble de problèmes. Comme à de très nombreuses reprises de l’émission, Alain Juppé est alors allé puiser dans son expérience de maire de Bordeaux pour argumenter et renforcer chez le téléspectateur l’image qui homme qui "apaise" et qui est un acteur pragmatique. Pour les autres débats, que cela soit avec Jean-Marie Le Guen ou Marion Maréchal Le Pen, Alain Juppé s’en est sorti à son avantage même si l’emballement du débat avec Jean Marie Le Guen a donné le sentiment de l’habituelle joute oratoire entre un homme politique de droite et de gauche.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !