2 ans de hollandisme : maintenant, le chômage est vraiment la conséquence de la politique du président | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
2 ans de hollandisme : maintenant, le chômage est vraiment la conséquence de la politique du président
©Reuters

Eh oui...

2 ans de hollandisme : maintenant, le chômage est vraiment la conséquence de la politique du président

Jusqu'à récemment, le Président Hollande ne s'est pas privé d'insister sur la situation dans lequel il a trouvé le pays pour justifier les mauvaises nouvelles économiques qui se sont enchaînées au fil des mois. Sauf que l'argument ne tient plus désormais...

Bruno Bertez

Bruno Bertez

Bruno Bertez est un des anciens propriétaires de l'Agefi France (l'Agence économique et financière), repris en 1987 par le groupe Expansion sous la houlette de Jean-Louis Servan-Schreiber.

Il est un participant actif du Blog a Lupus, pour lequel il rédige de nombreux articles en économie et finance.

Voir la bio »

Le chômage en France vient de franchir un nouveau record. Par ailleurs, c’est le 36e mois consécutif de hausse, si on excepte un mois aberrant. En mai le nombre de demandeurs d’emploi a fortement progressé pour atteindre  3 388 900 personnes soit une forte hausse de +0,7%; ceci pour la France métropolitaine. Si on tient compte comme cela est normal des personnes en activité réduite, il y a maintenant 5 millions de demandeurs d’emplois.

Déclarations d'inactivités (en bleu) et croissance en France (en jaune)

Toutes les catégories d’âge progressent, le nombre de chômeurs de longue durée également.

Taux de chômage en France par catégorie d'âge (- de 25 ans, 25/49 ans, + de 49 ans)

C’est une véritable détérioration tous azimuts. Une authentique catastrophe sociale. Si on tenait compte du fait que les fonctionnaires ne rentrent pas dans la population active exposée au chômage, on prendrait la véritable mesure du fléau qui touche les français.

Idiotement le Ministère du Travail commente en disant que ceci est le reflet d’une croissance plus faible que prévue. Comme si  la croissance était une personne et qu’elle existait en elle-même. Non ce n’est pas l’abstraction "croissance" qui est responsable, ce sont les hommes, ceux qui dirigent maintenant et ceux qui ont dirigé avant. ils ont la prétention de conduire une politique, donc qu’ils assument.

D’ailleurs la croissance ou non croissance ont  bon dos, tous les spécialistes savent qu’il faudrait qu’elle dépasse un certain seuil pour que des emplois soient créés et il n’a jamais été question que ces seuils puissent être dépassés. Même si la prévision optimiste et mensongère du gouvernement était tenue, avec 1% de croissance on ne crée pas d’emplois. Or le plus probable est que l’on ne fera que +0,7%.

Rebsamen appelle à analyser les chiffres sur la durée! Cela fait près de 40ans que le chômage est tendanciellement en progression en  France; c’est combien de temps la durée? Un siècle?

Les mesures du gouvernement, les ponctions sur les revenus, les baisses de pouvoir d’achat après impôts font chuter la demande et donc l’activité.

Evolution du pouvoir d'achat des Français (tableau 1) du PIB annuel (tableau 2) et du déficit de l'Etat français (tableau 3)

La hausse des prix réels est forte surtout sur les produits de première nécessité, cela ponctionne du pouvoir d’achat et donc de la demande; la sous déclaration de l’inflation dans les indices est pernicieuse, elle déflate les salaires réels.

L’insécurité généralisée, la précarité, les épées de Damoclès de la réduction des déficits voulue par les Allemands conduisent à des comportements de prudence et de frilosité, donc on se serre la ceinture, on fait attention, on n’a pas envie de s’endetter.

Moral et dépenses des ménages français depuis 2005

Pas de croissances des revenus, chômage en hausse, ponctions fiscales, peur de l’endettement et de la déchéance, tel est le lot des français. Rien d’étonnant si la machine économique ne tourne pas!

Dépenses sociales en % du PIB en France, aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et dans le reste de la zone euro

Ajoutez y une pincée de climat délétère  et de révolte et vous en arrivez à la conclusion que c’est encore un miracle que le chômage ne soit pas plus important.

Les petits patrons qui ont encore des salariés devraient être décorés. ils ne gagnent rien, ils ont les soucis, les responsabilités, les tracasseries du droit du travail,  et essaient de tenir bon. Chapeau! Si ils veulent investir, la banque leur demande le nantissement ou l’hypothèque de leur patrimoine, plus leur caution personnelle….

Le chômage, c’est aussi cela, un monde à deux ou trois vitesses ou les uns engrangent ou vivent de répartition et ou les autres, ceux du milieu survivent tant bien que mal.

Ce n’est pas la croissance qui est responsable, la croissance est un alibi de gens malhonnêtes; non c’est le système, il est conçu pour décourager, c’est tout.

Cet article a initialement été publié sur le blogalupus.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !