"Je m'amuse à vieillir, le cerveau, maître du temps" du Professeur Yves Agid : un livre bien construit, accessible et instructif, offrant une belle leçon d’optimisme ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Je m'amuse à vieillir, le cerveau, maître du temps" du Professeur Yves Agid : un livre bien construit, accessible et instructif, offrant une belle leçon d’optimisme !
©

Atlanti Culture

"Je m'amuse à vieillir, le cerveau, maître du temps" du Professeur Yves Agid : un livre bien construit, accessible et instructif, offrant une belle leçon d’optimisme !

Jean-Pierre Chamoux pour Culture-Tops

Jean-Pierre Chamoux pour Culture-Tops

Jean-Pierre Chamoux est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.
Voir la bio »

"Je m'amuse à vieillir, le cerveau, maître du temps"

De Professeur Yves Agid
Odile Jacob. 294 p. 22,90 €

RECOMMANDATION
Bon


THÈME
Rédigé par un praticien qui est aussi un homme de science éminent, cet essai est un constant rappel au bon sens et à l'humilité qui sont, depuis toujours, les qualités d'un vrai savant. Nous en savons, certes, beaucoup plus que nos prédécesseurs sur la vie, sur la cellule, sur les grandes endémies qui raccourcissaient amplement l'espoir de vie de nos ancêtres. Nous n'effleurons toutefois qu'à peine le vieillissement, ses mécanismes, ses effets et ses causes!

Ce petit ouvrage, parfois illustré par des croquis de l'auteur, échappe à la doxa des mages ambitieux et trompeurs de notre nouveau siècle : il raille l'utopie trans-humaniste, ses promesse mensongères d'allonger la vie matérielle au delà des limites que connaissent les biologistes sérieux (120 ans serait durablement l'âge maximum des hommes, dans l'état présent de nos connaissances !). Faisant fi des marchands de rêves, il explique – avec une dose d'humour sympathique- comment vivre intelligemment son « grand âge », en admettre la réalité et en repérer les chausses-trappes afin de parer aux risques qui menacent spécialement la personne âgée !

Des solutions miracles, il n'y en a guère ! Mais des actions raisonnables pour vivre le plus sereinement possible jusqu'au terme de notre séjour sur terre, on peut en trouver beaucoup : c'est ce à quoi tend ce livre qui devrait entretenir chez le lecteur une vision relativement optimiste sur la retraite qui, comme le dit l'humoriste, tue avec bien plus de certitude que le tabac ou l'alcool !

POINTS FORTS
Un langage simple, clair et sans fioriture, qui traduit, par des mots ordinaires et sans jargon, des connaissances biologiques ou physico-chimiques parfois très complexes. Un exposé non-dogmatique, illustré par de petits croquis ou par des encadrés manuscrits, limpides et parlants, sur des sujets que les publications savantes abordent avec force détails mais sans souci pédagogique ! Annexes et bibliographie sont plus denses et permettent d'en savoir plus à ceux qui souhaitent aller plus loin !

POINTS FAIBLES
Certains regretterons peut-être que l'auteur écarte avec un certain dédain une vision de l'avenir qui tirerait parti du clonage humain ou de l'hybridation homme-machine ; ils reprocheraient ainsi à Agid d'inscrire la race humaine dans sa propre perspective qui est évidemment biologique ! En évitant d'entrer le débat qui séduit tant les prospectivistes et qui fait ressurgir les mythes de "l'homme nouveau" et du "sur-homme", l'auteur est cependant cohérent avec son propos : celui d'inspirer à la génération qui entre aujourd'hui en sénescence (la sienne!) une conduite à la fois compatible avec la sagesse antique et avec le savoir actuel, un capital cognitif exploitable pour vivre encore confortablement quelques décennies, au moins !

EN DEUX MOTS 
Maître du temps, de notre pensée et de nos gestes, notre cerveau peut accompagner notre vie matérielle et morale bien plus longtemps que l'on ne le prétend ; c'est une touche d'espoir que l'on serait bien bête de négliger !

Petit livre bien construit, accessible et instructif. Il mérite le détour pour ceux qui refusent d'admettre que la vieillesse est une épreuve, qu'elle n'est que dégénérescence, désolation et assistance ! Qu'elle conduise au trou noir ou à la vie éternelle, le clin d'oeil malin d'Agid nous confirme qu'elle vaut d'être vécue à condition d'en admettre les règles, les contraintes et d'en rechercher ardemment les opportunités. Une leçon d'optimisme raisonné, en somme !

UN EXTRAIT
" Ceux qui prônent pour l'homme une existence éternelle ont tendance à confondre la complexité du cerveau...avec celle de la prostate! (p.206)

L'homme immortel est donc mort: on ne vivra pas au delà de 120 ans!" (p. 241)

L'AUTEUR
Yves AGID, membre de l'Académie des sciences, professeur émérite de neurologie et de biologie cellulaire, spécialiste des maladies neuro-dégénératives (Alzheimer, Huntington, Parkinson etc.).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !