« A toutes celles qui ont un utérus » : renoncez aux serviettes périodiques pour sauver la planète | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
l'origine du monde Gustave Courbet planning familial France femmes
l'origine du monde Gustave Courbet planning familial France femmes
©SEBASTIEN BOZON / AFP

Conseils du Planning familial

« A toutes celles qui ont un utérus » : renoncez aux serviettes périodiques pour sauver la planète

On en rit ou on en pleure ?

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le Planning familial est né après le vote légalisant l’IVG. Son objectif premier était de venir en aide aux jeunes filles ou jeunes femmes dont la grossesse n’était pas désirée. On leur donnait les adresses des médecins qui pratiquaient l’avortement. Et aussi des renseignements sur tous les moyens de contraception possibles.

C’était utile et sans doute nécessaire. Les années ont passé depuis et cet organisme s’est transformé en une officine progressiste et experte en bondieuseries modernes. Sur le site du Planning familial il est question de « celles qui ont un utérus ». Le mot « femme » a été très certainement jugé offensant pour les trans et les bi.

Ainsi le Planning familial à la dérive apprend « à celles qui ont un utérus » qu’elles ont un utérus ! Saluons cette avancée. Dans le même ordre d’idée, on indique « à celles qui ont un utérus » que « des leurs premières règles elles peuvent tomber enceintes ». Voilà un avertissement qui fait le bruit d’une porte ouverte qu’on enfonce. 

Tout le reste du texte du Planning familial est consacré aux règles. Que faire quand elles arrivent ? Au lieu de célébrer cette nouvelle qui signale qu’on n’est pas enceinte, le Planning familial fournit des détails d’une grande importance. La liste est complète : serviettes périodiques jetables ou lavables, tampon, éponge, coupe menstruelle.

Mais tout ça est mauvais pour la planète. C’est pourquoi, afin de la sauver, vous devez mesdames et mesdemoiselles privilégier le « flux instinctif ». Surtout, précise le Planning familial, si vous avez envie de mettre les doigts dans votre vagin quand il saigne. Comme ça – nous n’inventons rien – « il y aura moins de déchets qui polluent la planète ». Adieu serviettes périodiques, tampons et éponges.

C’est on ne peut plus clair. Nous aurions pu attendre du Planning familial qu’il respecte le corps des femmes. Au lieu de quoi cet organisme reconnu d’utilité publique s’emploie à le représenter comme un tas de viande saignante. Et nous les hommes ? Eh bien dans la compétition pour sauver la planète nous battons « celles qui ont un utérus » à plate couture car nous n’utilisons pas de serviettes périodiques. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !