Un chat torturé à mort en plein centre-ville de Draguignan | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Un chat torturé à mort en plein centre-ville de Draguignan
©Capture d'écran

Barbares

Un chat torturé à mort en plein centre-ville de Draguignan

En plein centre-ville de Draguignan dans la nuit de mardi à mercredi, une bande de jeunes a torturé à mort un chat à l'aide de tessons de bouteille. Allant jusqu'à lui arracher les yeux sans que personne n'intervienne ou ne prévienne la police.

La scène a de quoi donner des sueurs froides. Dans la nuit de mardi à mercredi, une bande de jeunes a torturé à mort un chat à l'aide de tessons de bouteille allant jusqu'à lui arracher les yeux en plein centre-ville de Draguignan. C'est le quotidien Var-Matin qui rapporte les faits à travers plusieurs témoignages glaçants. "Attrape le chat, attrape le chat" se souvient avoir entendu une habitante du quartier. 

"J’ai découvert son petit corps massacré. Ils l’ont complètement lacéré avec du verre. Il y avait des traces de son sang sur trois véhicules stationnés dans la rue" raconte une habitante du quartier dans les colonnes du quotidien local.

Le pauvre animal, appelé "Chevelu" par les habitants était considéré "comme un des plus docile du quartier" ne s'est vu offrir aucune chance. Ses bourreaux se sont acharnés sur lui "à l'aide de tessons de bouteille, de coups de pieds" allant jusqu'à arracher les yeux du pauvre chat sans que personne n'intervienne ou prévienne la police. 

Le commandant Jean-Michel Cicerello a déclaré à Var-Matin : "Nous avons du mal à comprendre que les gens témoins de ces actes, ou d'autres, ne viennent pas à nous. Prévenue à temps, une patrouille se serait rendue sur place et aurait peut-être évité cette scène monstrueuse. Que les gens arrêtent de se cacher derrière la peur des représailles. Car quand tout un quartier se révolte, elle n'existe pas…"

L'enquête ouverte par le commissariat de Draguignan suit son cours. 

Lu sur Var-Matin

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !