Quand le kebab nocturne d’Hamon fait mieux que le portrait officiel de Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Quand le kebab nocturne d’Hamon fait mieux que le portrait officiel de Macron
©AFP

Sauce samouraï, évidemment

Quand le kebab nocturne d’Hamon fait mieux que le portrait officiel de Macron

Emmanuel Macron a régné sur l'actualité de ce jeudi en diffusant sa photo officielle. Mais dans la soirée, un autre cliché lui a volé la vedette sur les réseaux sociaux.

Jeudi, Emmanuel Macron a dévoilé sa portrait officiel en tant que président de la République. Entre les diverses références, le choix des livres de la Pléiade, les reflets, l’horloge… Internet s’est emballé et la toile a fourmillé de commentaires et de détournements en tout genre. Mais pourtant, ce n’était pas "The cliché of the day". Non, non. Ce n’était pas non plus celui d’une starlette court vêtue.  La photo du jour a été l’œuvre de Benoit Hamon.

Ce dernier, qui lancera samedi à Paris son mouvement "transpartisan et citoyen", avait visiblement besoin de faire une pause. En début de soirée, l’ancien candidat à la présidence de la République a posté sur son compte Twitter très officiel une photographie… de kebab.

 "J'ai craqué. Faim. Zéro régime" écrit-il en légende. Concis mais efficace. Ce vendredi matin, la photo de kebab de Benoît Hamon avait déjà été retweetée plus de 45 000 fois, soit davantage que le portrait officiel du président de la République Emmanuel Macron, publié dans la matinée de jeudi et retweeté plus de 28 000 fois.

Le chef de l’Etat sait donc ce qu’il lui reste à faire s’il veut atteindre le firmament du web. Il doit bien y avoir quelques savoureuses sandwicheries du côté de la rue du Fauboug Saint-Honoré.

Lu sur Le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !