Paris : Sauvée grâce à des petits mots jetés par la fenêtre... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La police a pu intervenir dans l'immeuble grâce à l’ingéniosité de la jeune femme
La police a pu intervenir dans l'immeuble grâce à l’ingéniosité de la jeune femme
©Reuters

Les petits papiers

Paris : Sauvée grâce à des petits mots jetés par la fenêtre...

Séquestrée depuis plusieurs heures par son petit ami à Paris mercredi soir, une femme a été sauvée grâce aux mots qu'elle envoyait par la fenêtre aux policiers.

C'est une histoire qui se termine bien. Pourtant, la situation aurait pu dégénérer. Mais une femme d'une vingtaine d'années a eu "la" bonne idée mercredi soir. Alors qu'elle était séquestrée depuis quelques heures dans un appartement du IXe arrondissement parisien, par son petit ami à qui elle avait annoncé leur rupture, elle est parvenue à attirer l'attention des passants. Comment ? Tout simplement en jetant par la fenêtre des petits mots appelant à l'aide.

"La scène s'est passée dans la nuit de mercredi à jeudi. Il était ivre, il a brisé tous les téléphones de l'appartement, a bloqué les serrures et est parti se coucher", a assuré cette source, confirmant une information du Parisien. "Mais jeudi vers midi, elle a alors pensé à jeter des petits mots par la fenêtre disant qu'elle était séquestrée, indiquant l'immeuble et l'étage", a expliqué cette source.

Plusieurs riverains ont alors appelé la police. La Brigade de recherche et d'intervention est rapidement intervenue sur les lieux. La jeune femme a pu dialoguer avec les policiers avec la même technique des petits mots, prévenant la BRI que son ex-petit ami était toujours en train de dormir. Les policiers sont alors intervenus en défonçant la porte de l'appartement et ont interpellé l'homme. La jeune femme a eu une belle frayeur.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !