Michel Polnareff, hospitalisé d'urgence, est dans un "état stable" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Michel Polnareff, hospitalisé d'urgence, est dans un "état stable"
©

Santé

Michel Polnareff, hospitalisé d'urgence, est dans un "état stable"

Mihcel Polnareff a été hospitalisé samedi pour insuffisance respiratoire et a besoin d'un repos complet.

Michel Polnareff, très faible, est à l'hôpital. Vendredi, il avait annulé son concert à Paris, annonçant être "dans un état d'épuisement total". Ce n'était pas exagéré, puisque ce samedi il a été admis à l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine près de Paris, pour une insuffisance respiratoire. 

Le chanteur de 72 ans est toujours hospitalisé, dimanche 4 décembre. Selon Fabien Lecoeuvre, attaché de presse et directeur de la communication du chanteur, ce dernier souffre d'une infection pulmonaire. "Samedi matin au réveil, il toussait beaucoup, il avait du mal à respirer et il avait une forte hausse de tension. On l’a conduit l’hôpital à 14h. Michel souffrait d’une sinusite en début de semaine, qui a viré à la bronchite. Il a subi des infiltrations pour pouvoir tenir la scène à Toulouse, Pau et Bordeaux. Mais vendredi matin, il était pris d’importants vertiges et de chute de tension."

Michel Polnareff "souffrait un peu d’une sinusite qui s’est aggravée chaque soir, chaque jour", et ce depuis mi-novembre, a-t-il indiqué sur franceinfo.

"Après l'épuisement qui l'a empêché de se produire à la salle Pleyel, Michel s'est retrouvé contraint d'annuler le spectacle de Nantes. Sur ordre Médical, Il DOIT se reposer. Il est très peiné par ces décisions nécessaires à une complète récupération, les médecins lui ayant conseillé de quitter momentanément les réseaux sociaux pour un repos complet", a aussi écrit sa compagne, Danyellah, sur Facebook. 

Les deux concerts annulés devaient mettre fin à une cinquantaine de concerts donnés dans toute la France depuis avril.

Lu dans 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !