Les "petites phrases" sélectionnées au Prix de l'humour politique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les "petites phrases" sélectionnées au Prix de l'humour politique
©GERARD JULIEN / AFP

Le meilleur du pire

Les "petites phrases" sélectionnées au Prix de l'humour politique

Le prix "Press Club, Humour et Politique" couronne chaque année les "petites phrases" politiques qui ont su faire rire les Français. Déjà cinq répliques sont sélectionnées pour le concours qui aura lieu à la fin de l'année.

Dans un récent communiqué, le jury du Prix "Press Club de Humour et Politique" annonce avoir procédé à sa première sélection de phrases humoristiques prononcées par des politiques, depuis le début de l'année.

Voici les perles qui ont attiré l'attention du jury de cette seizième édition, présidé par Nelson Monfort :

  • "Nous sommes en train de recueillir toutes les demandes avec le ministre de l'Intérieur Christophe Colomb". Ce lapsus a été prononcé par Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 7 février.  Il voulait alors parler de Gérard Collomb.

  • "Wauquiez a fait allemand en première langue. Il est peut-être normalien mais il n'a rien de normal", avait de son côté lancé Gerald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics, le 20 février sur BFM TV.

  • "Monsieur le président, mesdames et messieurs les retraités…", avait lâché Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, en voulant dire  "mesdames et messieurs les députés". Cette pépite a été prononcée le 28 mars dernier, lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

  • "Pour savoir où est Olivier Faure, suivez les sifflets", avait lancé  l'eurodéputé socialiste, Emmanuel Maurel, en parlant du premier secrétaire du PS, le 25 mars dans les colonnes du Journal du Dimanche.

  • "La méthode Macron, c'est un peu 'je pense donc tu suis'", avait  déclaré le secrétaire général de FO, Pascal Pavageau, le 29 mai sur Sud Radio.

L'an passé, c'est François Hollande qui avait remporté le Grand Prix 2017 de ce concours atypique. Cette année encore, il brillera par sa présence. Le jury a, en effet, retenu certaines "hollanderies", parmi lesquelles : "Il vaut mieux une cravate de travers et une pensée droite que le contraire".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !