Le chanteur R. Kelly a été condamné à 30 ans de prison pour crimes sexuels | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
R. Kelly a été condamné à 30 ans de prison pour crimes sexuels aux Etats-Unis.
R. Kelly a été condamné à 30 ans de prison pour crimes sexuels aux Etats-Unis.
©Antonio PEREZ / POOL / AFP

Justice américaine

Le chanteur R. Kelly a été condamné à 30 ans de prison pour crimes sexuels

L’artiste R. Kelly avait mis au point tout un système pour agresser sexuellement plusieurs femmes, selon la justice américaine.

La star américaine R. Kelly, reconnue coupable en septembre 2021 à New York d’avoir dirigé pendant des années un "système" d’exploitation sexuelle de jeunes femmes, dont des adolescentes, a été condamnée ce mercredi 29 juin à 30 ans de prison.

Cette lourde peine contre le chanteur de 55 ans a été prononcée par le tribunal fédéral de Brooklyn, là où son procès il y a neuf mois avait levé le voile sur ces crimes sexuels. 

D’après des journalistes présents à l’audience, le chanteur mondialement connu pour son tube "I Believe I Can Fly" n’a pas dit un mot à l’énoncé du verdict.

Dans leur dernier réquisitoire, les procureurs fédéraux réclamaient au moins 25 années de réclusion criminelle en raison du “danger” que représenterait R. Kelly, de son vrai nom Robert Kelly, pour ses victimes. 

Durant les six semaines de procès en août et septembre derniers, le chanteur déchu avait été dépeint par l’accusation en "criminel, prédateur". 

L’artiste a été reconnu coupable fin septembre 2021 de tous les chefs d’inculpation : extorsion, exploitation sexuelle de mineur, enlèvement, trafic, corruption et travail forcé, sur une période allant de 1994 à 2018. Le chanteur a toujours nié les faits.

Le procès avait mis au jour le "système" de R. Kelly pour attirer de très jeunes femmes et les agresser sexuellement, avec la complicité de son entourage. 

Six femmes ont été les principales accusatrices, dont certaines ont affirmé avoir été droguées pour être violées, séquestrées, forcées d’avorter et contaminées par des maladies sexuellement transmissibles.

Pour l’avocate Gloria Allred, qui représente trois des six plaignantes, le verdict contre R. Kelly doit servir d’exemple pour les célébrités qui se servent de leur "notoriété pour faire de leurs fans des proies".

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !