Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
©UPI / AFP

R.I.P.

L’un des photographes préférés des Beatles, Robert Freeman, est mort

Agé de 82 ans, Robert Freeman a notamment réalisé la pochette du deuxième album du groupe de rock britannique "With the Beatles" ou bien encore du disque "Rubber Soul".

Robert Freeman, un des photographes du mythique groupe de rock britannique The Beatles, est mort vendredi à l’âge de 82 ans.

Il avait notamment signé plusieurs pochettes d’albums du groupe originaire de Liverpool : "Beatles for Sale", "Help!". Il avait notamment réalisé la pochette psychédélique de l’album "Rubber Soul" et la pochette clair-obscur de "Meet the Beatles!" en 1964.

Paul McCartney a rendu hommage à Robert Freeman, un des photographes "préférés" du groupe : 

"C’était un de nos photographes préférés durant les années Beatles, qui a réalisé certaines de nos pochettes d’albums les plus emblématiques. C’était un grand professionnel, mais il était aussi très créatif et un vrai penseur original. Cet homme formidable va me manquer".

Le chanteur Paul McCartney s’est notamment confié sur le travail de Robert Freeman sur la pochette clair-obscur de "Meet the Beatles!" en 1964.

"Les gens pensent souvent que la photo de couverture de Meet the Beatles (…) était une photo soigneusement prise en studio. En fait, Robert l’a prise assez rapidement dans le couloir d’un hôtel où nous logions, où la lumière naturelle venait des fenêtres au bout du couloir. Je pense que cela n’a pas pris plus d’une demi-heure à accomplir".

McCartney a également dévoilé son travail pour l’album "Rubber Soul". Robert Freeman "avait l’habitude de projeter les photos qu’il avait prises sur un morceau de carton blanc de la taille exacte d’un album, pour nous donner une idée précise de l’image du produit final".

Lors d’une séance de visionnage, le carton serait tombé et aurait ainsi donné à la photo "un aspect étiré". La pochette était née.

Selon des informations du Monde, Robert Freeman avait commencé sa carrière dans le journal britannique The Sunday Times. Il a été également le photographe du tout premier calendrier Pirelli en 1964.

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !