L'obésité serait un facteur de puberté précoce chez les filles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
L'obésité serait un facteur de puberté précoce chez les filles
©

Développement

L'obésité serait un facteur de puberté précoce chez les filles

Une étude américaine tend à prouver que le surpoids serait le principal facteur de ce phénomène.

Selon une étude publiée lundi aux Etats-Unis, l'obésité serait la principale cause d'une puberté précoce chez les filles. Le Dr Franck Biro, de la division de médecine de l'adolescence à l'hôpital des enfants de Cincinnati (Ohio) et principal auteur de cette recherche, "cette recherche suggère que les pédiatres devraient peut-être redéfinir les âges de puberté précoce et tardive chez les filles".

La précocité de la puberté n'est pas sans conséquence. Celle-ci peut en effet entraîner un manque de confiance en soi, la dépression, l'échec scolaire et peut favoriser les comportements asociaux. Elle accroît également les risques d'obésité, d'hypertension et de plusieurs cancers (sein, ovaire).

L'étude a été menée dans des cliniques de San Francisco, Cincinnati et New York sur 1 239 filles, entre 2004 et 2011. Le développement de leur poitrine et l'impact de la puberté sur l'indice de masse corporelle ont été mesurés. Des facteurs classés ensuite selon la race et l'origine ethnique des sujets observés. Les participantes étaient âgées de 6 à 8 ans au début de l'étude.

Il a ainsi été permis d'établir que le développement des seins commence à 9,7 ans (âge médian) chez les blanches et les asiatiques, tandis que les noires ont un développement de la poitrine plus précoce, à 8,8 ans. Il démarre à 9,3 chez les hispaniques. Les chercheurs ont toutefois établi qu'un indice de masse corporel plus élevé était un indicateur de puberté précoce plus fort que l'ethnie.

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !