Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Mode
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
©Jesse Grant / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

#KimOhNo

Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates

La star Kim Kardashian est accusée d'appropriation culturelle au Japon. Kim Kardashian a provoqué la colère des Japonais avec le lancement de sa nouvelle marque de lingerie, Kimono Intimates.

Kim Kardashian est au cœur d'une polémique au Japon selon des informations de la BBC. Le lancement de nouveaux modèles de sous-vêtements Kimono Intimates, qui célèbrent et améliorent les courbes des femmes, est au coeur du scandale. Cette vaste gamme de lingerie, "Kimono Solutionwear", propose des culottes et des soutiens-gorge gainants. 

Les Japonais ont indiqué sur les réseaux sociaux que la marque de Kim Kardashian ne respecte pas la culture japonaise. Le kimono est un vêtement traditionnel qui remonte au 15e siècle. Considéré comme la tenue nationale du Japon, il est porté lors d'occasions spéciales. Selon des informations de la BBC, le kimono est généralement porté pour les mariages, les remises de diplômes, des funérailles ou des fiançailles. 

Le nom de cette marque et le choix de Kim Kardashian seraient donc une insulte envers la culture vestimentaire et les traditions du Japon. 

Kim Kardashian a déposé la marque Kimono l'année dernière aux Etats-Unis. Selon des précisions de la BBC, elle a également déposé des noms de marques comme "Kimony Body", "Kimono Intimate" et "Kimono World". Ces sous-vêtements sont disponibles en plusieurs couleurs. 

Beaucoup d'internautes ont regretté l'attitude de Kim Kardashian et le dépôt d'un mot d'une grande importance pour la culture japonaise. Certains ont regretté que le vêtement traditionnel japonais porte désormais le même nom qu'une marque de vêtements intimes. 

Le hashtag #KimOhNo a notamment été lancé sur Twitter.

 

BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !