CNews : Audrey Pulvar de retour à l'antenne (mais sans invités politiques) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
CNews : Audrey Pulvar de retour à l'antenne (mais sans invités politiques)
©Capture D8

Comeback

CNews : Audrey Pulvar de retour à l'antenne (mais sans invités politiques)

La journaliste avait été mise à l'écart de la chaîne après avoir signé une tribune contre Marine Le Pen.

Privée d'antenne entre les deux tours après avoir signé une pétition contre Marine Le Pen, Audrey Pulvar revient ce dimanche sur CNews, avec une nouvelle version de son émission dominicale, Dimanche Pulvar, à 18 heures. "On va continuer à parler de l'actualité politique et des faits de société majeurs avec des philosophes ou des économistes", explique la journaliste, mais désormais, il n'y aura pas d'invités politiques. "Après m'avoir écartée de l'antenne, la direction de CNews ne souhaite plus que j'en reçoive. C'est la décision de la direction, jusqu'à nouvel ordre. On est tombés d'accord sur notre désaccord, mais on a trouvé cette solution", explique-t-elle.

Une décision qu'elle juge "frustrante". "Pareil pour les éditions spéciales, je ne pourrai plus en faire. Je voulais couvrir la passation des pouvoirs ce dimanche, mais ce n'est pas possible", précise-t-elle.

Pour autant, elle ne regrette pas sa prise de position contre le Front national. "En signant cette pétition, je savais qu'il y aurait des conséquences, pas forcément agréables. (...)  Je comprends que des jeunes journalistes de terrain soient dans une position de neutralité absolue, je comprends moins qu'on se soit habitué à la présence du Front national, alors qu'en 2002 des journalistes s'étaient clairement engagés contre. Ça, je le déplore". Pour elle, "le FN est un parti qui reste d'extrême droite, raciste et xénophobe".

Lu dans Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !