Valérie Lecasble présente l’opération "La Défense nous rassemble" et le travail de la DICoD | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société

Engagement

Valérie Lecasble présente l’opération "La Défense nous rassemble" et le travail de la DICoD

A l’heure où le projet d’un service national prend forme, la journaliste Valérie Lecasble a participé à l’opération "La Défense nous rassemble" avec un discours majeur.

Valérie Lecasble, directrice de la DICoD (la Délégation à l’information et à la communication de la Défense) et porte-parole du ministère des Armées, a participé à l’opération "La Défense nous rassemble". 

Dans ce discours d’une quinzaine de minutes, la journaliste Valérie Lecasble (L’Evénement du jeudi, Le Nouvel Economiste, France Soir, Itélé) retrace son parcours et les raisons pour lesquelles elle s’est engagée. Valérie Lecasble évoque notamment le traumatisme de l’attentat de Charlie Hebdo, en janvier 2015.
"Après l’attentat de Charlie Hebdo, comment pouvais-je rester sans rien faire ? Comment ne pouvais-je pas chercher du sens à mon existence ? Comment ne pouvais-je pas mettre toutes mes compétences au service d’une noble cause, d’une juste cause, ne pas rendre à la société ce qu’elle m’avait donné ? Eh bien, il me fallait aller aider les soldats, les marins, les aviateurs, qui chaque jour se battent pour ce pays, se battent pour la France, se battent pour le drapeau, pour l’hymne, pour se défendre, pour VOUS défendre ! Et pour défendre quoi ? Le modèle occidental auquel je crois, auquel vous croyez, auquel nous croyons tous, ici".
La porte-parole du ministère des armées évoque la nécessité et l’importance de l’engagement.
"Surtout j’ai pu comprendre, que quand on est journaliste, on doit mettre ses tripes sur la table, on doit donner ses convictions. On doit s’engager, parce qu’il faut raconter, parce qu’il faut dire ce qu’il se passe. C’est un métier que l’on exerce 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Ce n’est même pas un métier,  c’est une vie, c’est un style de vie".
Elle a également abordé le thème de la guerre de l’information, le lien crucial "armée-nation" ou bien encore la loi de programmation militaire.
"La guerre de l’information est devenue le nerf de la guerre. Une partie de la guerre. Parce que la minpulation, parce que les fake news, parce qu’il faut savoir avant l’autre, avant l’adversaire, ce qui est en train de se passer".
Valérie Lecasble a aussi rappelé les missions de la DICoD, l'importance de cette opération et des valeurs de l'engagement. 
"La défense nous rassemble. Qui ? Nous ! Le Ministère des armées, qui tous les jours œuvre au service de la France et pour vous protéger, et vous, les jeunes, la population française, nous devons être rassemblés. Pourquoi ? Parce que la protection est la première préoccupation des Français. Ils veulent absolument être protégés. C’est encore plus important que le chômage, ça les préoccupe encore davantage. (…) 84% des Français admirent les armées. (...) Si vous vivez une vie engagée, vous vivrez une vie heureuse (…) L’engagement est une valeur forte, indépassable, indémodable et c’est une valeur qui mérite qu’on y consacre sa vie".
A l’heure ou Emmanuel Macron et le gouvernement d’Edouard Philippe essayent de mettre en œuvre le retour d’un service national pour la jeunesse de l’Hexagone, ce discours contient des messages forts et un vibrant témoignage sur la nécessité de l’engagement et les valeurs républicaines.  

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Et si le nouveau service national était le mètre étalon du macronisme : montagne de mots qui accouche d’une souris ou transformation en profondeur du pays ?Vers un service national obligatoire d'un mois pour les jeunes de 16 ans ?Service national : les organisations de jeunes dénoncent un projet "démagogique", "rigide" et "contraignant"

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !