Une Saoudienne tient tête à la police religieuse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Fureur

Une Saoudienne tient tête à la police religieuse

Une vidéo postée sur YouTube par une Saoudienne qui a osé tenir tête à la police religieuse a déjà été vue par près d'un million cent cinquante mille personnes.

Déjà plus d’un million de vues. La vidéo d’une Saoudienne qui tient tête à la police religieuse fait le buzz sur Youtube. Des membres de la police religieuse, reconnaissables à leurs barbes et leurs robes s’arrêtant au-dessus de la cheville, demande à une femme de quitter un centre commercial à Ryad parce qu’elle porte du vernis à ongle. Cette dernière se met alors en colère et hurle "je ne partirai pas. Je veux savoir ce que tu peux me faire (...) le gouvernement a interdit vos patrouilles et votre rôle est uniquement de conseiller les gens, ajoutant vous n'êtes pas responsables de moi, et le fait que je mette du vernis à ongle ne vous concerne pas".La vidéo fait fureur sur Internet car généralement, les gens ne discutent pas avec les membres de cette police.

La vidéo, qui fait polémique, a bien évidemment été suivie de nombreux commentaires : près de 7 000 négatifs, qui jugent l’attitude de la femme "éhontée", d’autres, environ 1 500, pour lui apporter leurs soutiens.

Les membres de la police religieuse sont chargés de veiller au respect de la morale islamique. Ils patrouillent souvent dans les centres commerciaux et autres lieux publics à la recherche des femmes qui ne sont pas dûment voilées, des couples non mariés ou des magasins qui ne ferment pas à l’heure de la prière.

Les membres de cette police ont adopté un profil bas depuis la nomination en janvier d’un modéré, cheikh Abdel Latif ben Abdel Aziz Al Cheikh, à la tête de cette puissante instance. Le nouveau chef ne prohibe notamment pas la mixité lorsqu’elle n’enfreint pas les règles islamiques, quand le royaume impose normalement une stricte ségrégation des sexes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !