Retraites : Emmanuel Macron défend son projet de réforme et tente de rassurer les Français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran Youtube

Intégralité du débat

Retraites : Emmanuel Macron défend son projet de réforme et tente de rassurer les Français

Le président de la République a lancé ce jeudi soir à Rodez la série de débats sur la réforme des retraites. Durant plus de trois heures, le chef de l'Etat a expliqué son projet et a dévoilé ses promesses pour la réforme. Le président de la République a essayé de réponde aux inquiétudes des Français présents dans la salle. 

Lors de son intervention, il a notamment confirmé qu'aucune retraite pleine ne sera inférieure à 1.000 euros par mois.

Selon le chef de l'Etat, "la réforme ne concernera ni les retraités ni les plus de 56 ans. Tous les droits qui sont acquis ne changent pas. Vous ne pouvez pas partir avant 62 ans. Dans la nouvelle réforme, l'âge légal ne bougera pas". 

Il a évoqué la nécessité de "définir" un "âge pivot" durant l'actuelle concertation. C'est à partir de cet âge seulement qu'on pourra bénéficier d'une retraite pleine, sans décote. 

"Il ne faut pas se mentir, il faudra cotiser plus, il n'y a pas de solution magique". 

Le Président a indiqué que les régimes spéciaux allaient bien disparaître afin de lisser le système des 42 régimes différents.

Emmanuel Macron s'est exprimé sur la valeur du point également : 

"Des journaux ont sorti des simulateurs. Les simulations, c'est de la pipe complète ! On n'a pas fixé comment on calcule la valeur du point".

Le débat était animé par Olivier Biscaye, rédacteur en chef du Midi-Libre

Emmanuel Macron a rencontré des agriculteurs ce vendredi et va poursuivre ces réunions et ces débats sur les retraites. 

 

La Dépêche

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !