Reading - Arsenal : match complètement fou... et cafouillage de maillots | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Tennis-ballon

Reading - Arsenal : match complètement fou... et cafouillage de maillots

Le scénario de ce match de Coupe de la Ligue anglaise de football a tout du gag...

Espérons, derrière nos écrans, qu'aucune personne soumise à des risques cardiaques n'a regardé le 8e de finale de la Coupe de la Ligue anglaise de football entre Reading et Arsenal, respectivement 18e et 6e de la Premier League. Car, effectivement, cette rencontre a priori déséquilibrée a pris un tour irréel...

37 minutes de jeu en première période : Reading mène 4 buts à 0 contre Arsenal qui paraît complètement dans les choux. La réduction du score (4-1) avant la mi-temps n'a que des allures de pansement sur une jambe de bois. C'était sans compter sur une seconde période hallucinante... et une égalisation à la toute dernière seconde.

C'est à ce moment-là, et alors que le coup de sifflet final a retenti, que les deux Français d'Arsenal sur le terrain, Olivier Giroud et Francis Coquelin, enlèvent leur maillot de joie et les jettent dans les tribunes, pensant être qualifié au bénéfice des buts à l'extérieur. Sauf que... en fait, cette règle ne s'applique pas du tout dans ce cas-là et il y a bel et bien des prolongations ! Il s'en est donc fallu de peu que ces deux Frenchies soient obligés de jouer une demi-heure supplémentaire torse nu...

Les deux périodes de prolongation n'ont pas été moins folles que celles du temps réglementaire : il y avait  encore 5 buts partout à la dernière minute... avant qu'Arsenal n'inscrive deux buts en une minute (!) et remporte finalement la mise 7-5 (et non, ce n'est pas du tennis mais bien du football). Olivier Giroud y est allé de son but, ainsi que l'ancien Bordelais Marouane Chamakh.

Vu sur l'Equipe

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !