Quand Copé accuse Baroin (sans le nommer) d'avoir "cherché des parrainages en loucedé" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Tacle

Quand Copé accuse Baroin (sans le nommer) d'avoir "cherché des parrainages en loucedé"

Sur Franceinfo, le député-maire de Meaux avoue également soutenir François Fillon, "le seul candidat".

Invité sur Franceinfo, Jean-François Copé a déclaré qu'il soutient François Fillon, "le seul candidat" et a accusé François Baroin d'avoir, ces derniers jours, "cherché des parrainages en loucedé" pour s'assurer la possibilité d'être candidat en cas de retrait de François Fillon. Toutefois, il n'a jamais voulu citer le nom de l'ancien ministre du Budget et de l'Économie, malgré les très nombreuses relances des journalistes.

"On va pas faire du name dropping"

"Sans compter les coteries du moment, où chacun fait son petit calcul", attaque l'ancien candidat à l'élection présidentielle. "Vous pensez à qui ?", l'interroge alors le journaliste. En ignorant à plusieurs reprises cette question, le député-maire de Meaux poursuit : "Parce que le vrai sujet de tout ça, c'est que la politique politicienne, c'est souvent très moche. Et pour avoir été parfois... (…) Mais je vais peut-être essayer d'y arriver mais si vous me coupez la parole tout le temps, on n'y arrivera pas. Les coteries qui consistent, pour les uns et les autres, à se dire 'ah oui mais moi ce qui compte, c'est que je sois ministre, voire Premier ministre'..." "Ça, c'est pour François Baroin", remarque le journaliste. Coupé, Copé continu son idée : "'et donc mon objectif, c'est de changer toutes les 5 minutes de positionnement'".

"Vous pensez à qui ?", lui demande encore le journaliste. "Les mêmes qui allaient chercher des parrainages pour eux-mêmes en loucedé il y a quelques jours... (…) et qui aujourd'hui se retrouvent à dire la main sur le cœur : 'Comme c'est choquant et triste de voir François Fillon attaqué'... Je me dis...", lâche Jean-François Copé, en ajoutantant "on va pas faire du name dropping". Agacé par l'insistance du journaliste, Copé lui lance : "Je suis sûr que vous allez faire vos commentaires toute la journée, parce que vous, vous faites plein de commentaires, donc je suis sûr que vous allez me décrypter ça très bien. (…) Non je ne donne pas de nom mais enfin écoutez ça va, on s'est parfaitement compris". "Ce que je veux simplement vous dire, c'est que tout ça ne donne pas un spectacle très glorieux et que moi ce que j'attends maintenant, c'est que François Fillon, rapidement, dise : 'Voilà moi ce que j'entends faire avec vous'", conclut-il. 

Vu sur Lelab politique

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !