"Qu'ils crèvent" : Guy Bedos s'explique sur la vidéo polémique concernant Charlie Hebdo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Crédits Photo: Capture d'écran BFMTV
Guy Bedos au micro de BFMTV

Justification

"Qu'ils crèvent" : Guy Bedos s'explique sur la vidéo polémique concernant Charlie Hebdo

Pour l'humoriste, ressortir cette vidéo aujourd'hui est "dégueulasse" et "malveillant".

Guy Bedos répond à la polémique. Après l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo, une vidéo de l'humoriste datée de 2012, a fait le tour du web. Dans celle-ci, il déclarait : "Charlie Hebdo, ce ne sont pas mes copains. Qu'ils crèvent ! Je ne suis pas d'accord avec eux. Ils ont pris des risques sur la peau des autres. Et en plus, ils ne sont pas drôles".

Invité de BFM, l'humoriste a commencé par expliquer son silence lors de ces derniers jours. "Je n'étais pas en état de paraître, je pleurais comme un gosse de douze ans", a-t-il témoigné. "Ça m'a bouleversé. Je le suis toujours et je n'avais pas envie d'aller me montrer, assurant ne pas vouloir mélanger émotion et promotion."

A LIRE AUSSI - Quand en 2012, Guy Bedos souhaitait que les journalistes de Charlie Hebdo "crèvent"...

Au sujet de la vidéo, il "regrette d'avoir dit ça évidemment". "Mais ça n'a pas le sens qu'on veut lui donner aujourd'hui. Qu'ils crèvent ? Ah bon ? J'aurais pensé ça ? Pas du tout. Ça voulait dire : Qu'ils aillent se faire foutre ! Je n'étais pas d'accord avec eux."

Guy Bedos souligne également ses amitiés avec Cabu et Wolinski. "C'était le langage de Charlie, le mien. On se disait des horreurs. Mais on était copains. On pouvait boire un coup juste après. Je trouve ça franchement dégueulasse d'avoir sorti ça en ce moment. C'est très, très, très malveillant à mon endroit", a-t-il ajouté.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !