Pour François Hollande, il ne faut "pas faire la leçon" aux Français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Capture d'écran BFMTV

Critiques virulentes

Pour François Hollande, il ne faut "pas faire la leçon" aux Français

L'ancien chef de l'Etat a accordé un entretien à nos confrères de BFMTV. François Hollande a une nouvelle fois critiqué Emmanuel Macron et son rapport avec les citoyens.

Après avoir officialisé son retour dans la vie politique française, François Hollande a accordé un entretien à BFMTV. Actuellement en Grèce dans le cadre d'une rencontre avec le Premier ministre Alexis Tsipras, l'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste a tenté d'alerter Emmanuel Macron sur le malaise de la population. 

François Hollande estime qu'il ne faut pas faire la leçon aux Français. Selon lui, il faut se prémunir et se méfier du pouvoir qui "isole toujours".

Le "président normal" a donc donné des conseils à Emmanuel Macron 

"Les Français, je pense qu’il ne faut pas leur faire la leçon. [...] Il faut bien montrer qu’on connaît leur vie. Et c’est peut être ainsi qu’on arrive à se faire comprendre. Si on ne connaît pas leur vie, ça devient très difficile de répondre à leurs besoins".

Emmanuel Macron a avoué mercredi, depuis le porte-avions Charles de Gaulle, qu'il avait échoué à réconcilier les Français avec leurs dirigeants. 

François Hollande a évoqué la délicate mission de l'exercice du pouvoir, tout en critiquant l'attitude d'Emmanuel Macron : 

"Celui qui dirige n’est plus autant présent qu’il pouvait l’être quand il était un acteur politique. [...] Ce qu’il faut, c’est garder un lien et aller le plus souvent auprès des Français. Mais pas forcément dans des dialogues improvisés, mais en rencontrant ceux qui représentent les Français".

Dans le cadre de cette interview à BFMTV, François Hollande a rappelé l'importance des coprs intermédiaires : 

"C’est pour ça que moi je suis très attaché à ce qu’on appelle les corps intermédiaires. Les syndicats, au-delà de leurs sensibilités, les organisations professionnelles, ceux qui représentent des secteurs d’activité, les élus locaux, il n'y a pas meilleurs intermédiaires que les élus locaux. Je pense que le vrai changement, puisqu’il (Emmanuel Macron, ndlr) a souhaité qu’il y en ait, ça serait de renouer le lien avec les corps intermédiaires. Et de ne pas penser qu’il y a le Président d’un côté, et les Français de l’autre".

Interrogé sur la colère de certains Français, François Hollande a répondu qu'"il faut comprendre la colère qui parfois anime nos compatriotes. De façon à ce qu’ils puissent comprendre ce que l’on fait, et aussi eux même avoir la conviction que ceux qui dirigent, les observent, les regardent, les écoutent. Il faut être capable, non pas simplement de répondre avec hauteur de vue, c’est nécessaire, mais aussi avec humanité, c’est indispensable. Et il y a dans le pays, moi je l’ai vu au cours de ces dernières semaines, de ces derniers mois, il y a un sentiment d’injustice auquel il faut absolument répondre". 

Reste à savoir si Emmanuel Macron répondra à François Hollande dans les prochains jours. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !