ONPC : Nathalie Kosciusko-Morizet revient sur sa volonté de "greffage de couilles" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Classe

ONPC : Nathalie Kosciusko-Morizet revient sur sa volonté de "greffage de couilles"

L'ancienne numéro 2 des Républicains était samedi 12 mars l'invitée politique de "On n'est pas couché" sur France 2.

La députée de l’Essonne, qui rêve d’être la première femme présidente de la République, a annoncé sa candidature à la primaire de la droite et du centre, mardi 8 mars, au "20 heures" de TF1. Suite à cette annonce, le Monde lui avait consacré un portrait, dans lequel elle expliquait être "en mode greffage de couilles" avec ses collègues, qu’elle juge trop timorés.

Samedi dans On n'est pas couché, elle est revenue sur cette expression fleurie, suite à une remarque de la journaliste Léa Salamé. "Je l'ai dit. Bon... je l'ai dit dans un cadre informel, ça avait pas forcément vocation à être écrit dans un journal, en plus en l'occurrence Le Monde", explique NKM. 

"Comment dire... c'est vrai, c'est toujours un peu surprenant comme expression quand c'est sur le papier, d'autant plus qu'on m'a fait remarquer que c'était à peu près la seule chose qui se greffait pas", poursuit-elle.

Pour la candidate, "au-delà du langage fleuri, y'a cette idée qu'on a trop reculé, et que maintenant faut y aller. Faut transformer véritablement le pays, faut pas faire les choses à moitié, faut pas faire semblant, faut pas faire des demi-mesures."

Vu dans Le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !