Mélenchon relaxé après avoir traité Le Pen de "fasciste" : la présidente du FN s'exprime | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture écran

Riposte

Mélenchon relaxé après avoir traité Le Pen de "fasciste" : la présidente du FN s'exprime

Elle a estimé ce jeudi sur le plateau de "Des paroles et des actes" qu'il s'agissait bel et bien d'une "injure" de la part du coprésident du Front de gauche.

Entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, les clashs sont nombreux. Les deux personnalités politiques n'en finissent plus de se retrouver face-à-face devant la justice. Après le procès du faux-tract, pour lequel Marine Le Pen a écopé d'une amende, celui pour injure (pour avoir traité la président du Front national de « fasciste », ndlr) visant Jean-Luc Mélenchon s'est achevé jeudi par la relaxe du coprésident du Parti de Gauche. Un verdict qui ne satisfait pas la leader frontiste.

Invitée ce jeudi à l'émission Des Paroles et des actes sur France 2, Marine Le Pen est revenue sur cette affaire. Face à David Pujadas, elle a insisté : « C'est une injure, un terme de mépris, une invective qui a d'ailleurs été utilisée pour cela, dans ce but par Monsieur Mélenchon qui n'est pas avare, il faut l'admettre de ce type d'injures et d'invectives ».

Pour rappel, le 5 mars 2011, invité à réagir sur un sondage donnant Marine Le Pen en tête au premier tour de la présidentielle de 2012, Jean-Luc Mélenchon avait déclaré: "Tout ça est une guignolisation de la vie politique, absolument invraisemblable", "pourquoi voulez-vous que le peuple français soit le seul peuple qui ait envie d'avoir un fasciste à sa tête?"

Pour justifier la relaxe, le tribunal a souligné que « si le terme "fasciste" peut prendre une connotation outrageante quand il est utilisé en dehors de tout contexte politique ou s'il est accompagné d'autres termes dégradants, il est, en revanche, dépourvu de caractère injurieux lorsqu'il est employé entre adversaires politiques sur un sujet politique ». 



Vu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !