Mariage gay : après le kiss-in pour, au tour des manifs contre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Match

Mariage gay : après le kiss-in pour, au tour des manifs contre

Les manifestations s'enchaînent sur la brûlante question de la légalisation du mariage des homosexuels, avec plusieurs évènements tenus cette semaine.

Riche semaine pour le débat sur la légalisation du mariage des homosexuels : il se joue en effet conjointement à l'Assemblée Nationale... et dans la rue. Tandis que la commission des Lois de l'Assemblée tient depuis jeudi 8 novembre une série d'auditions ouvertes à la presse sur le projet de loi sur le mariage et l'adoption par les couples homosexuels (qui avait été présenté la veille en conseil des ministres), un kiss-in s'est tenu jeudi 15 au soir devant l'hôtel de ville de Paris pour le soutenir - lui-même, succédant à un rassemblement devant l'Assemblée nationale mercredi 7 mené par l'Inter-LGBT.

Changement de ton ce week-end : ce n'est pas une manifestation contre... mais bien deux qui se dérouleront. A la "Manif pour tous" ce samedi, succèdera un défilé de l'association Civitas ce dimanche. Et ce n'est pas tout à fait la même ambiance qui y sera attendue...

Samedi, c'est en effet l'humoriste et "catho branchée" revendiquée Frigide Barjot, notamment passée par la "bande à Ruquier", qui mènera la "Manif pour tous". Les deux autres porte-paroles de la manifestation, Xavier Bongibault et Laurence Tcheng, n'ont pas grand-chose au commun - apportant au côté hétéroclite de cette manifestation qualifiée de "citoyenne" par Frigide Barjot - : le premier, militant UMP et athée de 21 ans, dirige l'association "Plus gay sans mariage", tandis que la seconde est une enseignante en ZEP ouvertement de gauche et proche des Poissons Roses, le courant catholique du PS. Cet "happening" s'était notamment fait connaître avec cette vidéo de présentation :

Dimanche, l'Institut Civitas appelle de son côté à manifester en compagnie, notamment, de la paroisse traditionaliste Saint Nicolas du Chardonnet. Et entre les deux rassemblements, ce n'est pas une relation au beau fixe. Frigide Barjot, à propos des associations religieuses manifestant ce dimanche, explique ainsi que si elle agit, "c'est pour montrer que des gens comme ça ne sont pas légitimes à porter ce débat". "Il s'agit de proposer à tous, homos, hétéros, juifs, cathos, etc. de venir appeler à un grand débat national" poursuit-elle. Le défilé du 17 réunit d'ailleurs d'autres associations, comme l'Alliance VITA et le Collectif pour l'enfant de Béatrice Bourges.

Même si Frigide Barjot a finalement appelé ceux qui manifesteront le 18 à les rejoindre... le 17, l'Institut Civitas n'a pas l'air d'être emballé par cette proposition. Des phrases de l'humoriste comme "Les homosexuels sont une richesse pour notre société" ou "le 17 ce sera la manifestation laïque et républicaine" ne sont pas passées. Alain Escada, le secrétaire général de ce mouvement catholique, insiste sur le fait que les deux manifestations ne délivrent pas le même message : les organisateurs de la manif du 17 "veulent renvoyer une image plus lisse".

Vu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !