Kazakhstan : la hausse des prix du gaz entraîne des débordements lors de manifestations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Capture d'écran Euronews / DR
Des débordements ont éclaté lors des manifestations au Kazakhstan suite à la hausse du prix du gaz.

Soulèvement populaire

Kazakhstan : la hausse des prix du gaz entraîne des débordements lors de manifestations

Le président du Kazakhstan a limogé son gouvernement, ce mercredi 5 janvier, et décrété l'état d'urgence, en réponse aux manifestations ayant éclaté dans plusieurs villes. Ces troubles sont liés à une hausse des prix du gaz.

Des débordements ont éclaté lors des manifestations au Kazakhstan suite à la hausse du prix du gaz. Le président du Kazakhstan a limogé son gouvernement, ce mercredi 5 janvier, et décrété l'état d'urgence, en réponse aux manifestations dans plusieurs villes. Selon des informations d’Euronews, la mairie d'Almaty a été prise d'assaut par les manifestants. Des milliers de manifestants occupent les rues et des bâtiments publics d'Almaty, la capitale économique du pays.

Selon un bilan, fourni par les autorités, au moins 200 arrestations ont eu lieu. Le président du Kazakhstan a limogé son gouvernement sans parvenir à calmer la situation.

Selon une ONG, le pays est touché par une « panne d'internet à l'échelle nationale ».

Débuté dimanche dans une ville de province, le mouvement de colère s'est étendu à Almaty, la plus grande ville du pays, dans la nuit de mardi à mercredi, lorsque près de 5.000 personnes ont été dispersées par la police à coup de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogène.

Mercredi après-midi, un groupe de plusieurs milliers de manifestants a pris d'assaut le bâtiment de l'administration de la ville, parvenant à pénétrer à l'intérieur malgré les tirs de grenades et de gaz de la police. Des vidéos, relayées sur le compte Telegram du site d'information local Zakon.kz, montrent l'édifice, en proie à un incendie, cerné par les manifestants.

La Russie, pays historiquement très proche du pouvoir kazakhstanais, a réagi en fin de matinée. Moscou appelle au « dialogue », pas aux « émeutes ».

L'état d'urgence a été décrété dans plusieurs régions dont Almaty et la capitale, Nur-Sultan. Un couvre-feu nocturne y sera en vigueur de 23h à 7h locales

Les messageries WhatsApp, Telegram et Signal étaient inaccessibles dans la nuit.

Le mouvement a débuté après une hausse des prix du gaz naturel liquéfié (GNL), dans la ville de Janaozen, dans l'ouest du pays, avant de s'étendre à la grande ville régionale d'Aktau, sur les bords de la mer Caspienne.

Mardi soir, les autorités avaient tenté de calmer la situation avec une réduction du prix du GNL, le fixant à 50 tenges (0,1 euro) le litre dans la région, contre 120 au début de l'année.

Euronews - France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !