Inde : ce jeune garçon a des mains plus grandes que sa tête | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Crédits Photo: Capture d'écran Youtube
Kaleem a des mains qui font plus de 30 centimètres

Disproportionné

Inde : ce jeune garçon a des mains plus grandes que sa tête

Âgé de 8 ans, le jeune garçon souffre d’une malformation des mains ; elles mesurent déjà plus de 30 centimètres et pèsent pas moins de 12 kilos.

Kaleem, 8 ans, souffre d’une maladie des mains extrêmement rare qui les fait grandir au-delà de la normale, rapporte le Daily Mail. Aujourd’hui, du bas de la paume jusqu’en haut du majeur, ses mains font plus de 30 cm - là où celle d’un adulte mesure moins de 20 cm - et pèsent 6 kilos chacune.

Conséquences : les moindres gestes du quotidien, comme nouer ses lacets ou tenir une fourchette, sont complexes à réaliser. De plus, la pression exercée sur son système cardio-vasculaire pourrait diminuer son espérance de vie, souligne metronews.fr.

"Jusqu’à ce que nous ayons fait les bons tests génétiques, nous serons incapables de dire exactement ce qui cause cette difformité", explique le docteur qui suit le jeune indien. Un pédiatre indien, qui a vu des photos et des vidéos du garçon, pense qu’il s’agit d’un harmatome ou d'un lymphangiome, des malformations qui peuvent être soignées… à condition d’avoir de l’argent.

Or, les parents du jeune Kaleem ne gagnent que l’équivalent de 19 euros par mois. Son père s’inquiète que son fils ne soit dépendant de lui à vie : "Il a du mal à se nourrir lui-même parce que son poignet ne se plie pas normalement, donc nous devons le nourrir", explique-t-il. Mais ces derniers ne perdent pas espoir et redoublent d’efforts pour trouver de l’argent, pour que leur fils puisse subir des examens poussés et qu'il se fasse enfin soigner. 

Lu sur dailymail.co.uk

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !