Incendie en Californie : un mur de flammes menace San Francisco | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Reuters

Etat d'urgence

Incendie en Californie : un mur de flammes menace San Francisco

Le feu fait rage depuis neuf jours aux portes du parc de Yosemite, l’une des principales attractions touristiques des Etats-Unis.

Cela fait neuf jours que ça dure. Impossible d'y mettre fin. L'incendie qui ravage actuellement la Californie est incontrôlable. Le feu se trouve aux portes du parc de Yosemite, l’une des principales attractions touristiques des Etats-Unis. Mais l'inquiétude était d'autant plus vive ce lundi que les flammes se trouvaient à une poignée de kilomètres seulement du réservoir qui fournit l’essentiel de l’eau courante à San Francisco.

Arbres entièrement pris par les flammes, énormes nuages de fumée surplombant les habitations, voitures et commerces des villes alentours : les images du gigantesque brasier, baptisé "Rim Fire", sont impressionnantes. Le sinistre, qui a démarré le 17 août et a déjà détruit plus de 60 600 hectares à l’ouest de Yosemit. Il s'agit pour le moment du treizième plus grand feu ayant frappé la Californie depuis 1932. Seul motif de satisfaction pour le moment, le feu n'a pas encore fait de victimes. Mais les pompiers ont énormément de mal à contenir les flammes, en raison de l’extrême sécheresse, des rafales de vents importantes et de terrains souvent escarpés.

La région de San Francisco, située à 350 kilomètres plus à l’ouest, des flammes est en état d'alerte. En effet, "Rim Fire" se rapproche à grands pas du vaste réservoir Hetch Hetchy qui fournit la majorité des besoins en eau des 2,6 millions d’habitants de la baie de San Francisco. Le gouverneur de Californie Jerry Brown avait déclaré en fin de semaine dernière l’état d’urgence pour San Francisco, car la ville est en outre alimentée en grande partie par l’électricité provenant de la région affectée par les flammes. Deux des trois centrales hydroélectriques de cette zone ont ainsi dû être fermées.

 

lu sur Libération.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !