Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky a limogé le chef de la sécurité de Kharkiv | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Crédits Photo: Capture d'écran DR / Youtube / Euronews
Volodymyr Zelensky a annoncé le limogeage du chef des services secrets de la région de Kharkiv, pour ne pas avoir travaillé à défendre la ville.

Résistance

Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky a limogé le chef de la sécurité de Kharkiv

Le président Volodymyr Zelensky s'est rendu dimanche pour la première fois depuis l'invasion russe dans l'Est du pays, dans la zone de Kharkiv. Moscou a retiré ses troupes de cette région pour les concentrer sur d'autres fronts.

Volodymyr Zelensky a pu se rendre ce dimanche dans l'Est du pays, dans la région de Kharkiv. Moscou a retiré ces dernières semaines ses troupes pour les concentrer sur d'autres fronts. Le dirigeant ukrainien a annoncé le limogeage du chef des services secrets de la région de Kharkiv, pour ne pas avoir travaillé à défendre la ville, selon des informations d'Euronews.

Le président Volodymyr Zelensky s’est confié sur ce choix dans un message vidéo :

« Je suis venu, j'ai vu, et j'ai limogé le chef du Service de sécurité d'Ukraine (SBU, services secrets ukrainiens) de la région (de Kharkiv), parce qu'il ne travaillait pas à la défense de la ville depuis les premiers jours de cette guerre, mais ne pensait qu'à lui-même. Pour quelles raisons? Les policiers le découvriront ».

Bombardée quasi quotidiennement depuis le début de l'invasion russe le 24 février, Kharkiv, la deuxième ville du pays, connaît un répit depuis quelques semaines avec le départ des troupes russes dans d'autres directions, à l'Est et au Sud.

Les forces russes redéployées dans le Sud, continuent de progresser en direction des villes clefs de Severodonetsk et Lyssytchansk.

Le président ukrainien doit parler lundi au début du sommet européen, par visioconférence. De nouvelles sanctions contre Moscou sont au menu de cette réunion des Vingt-Sept.

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !