Gonzalo : les images impressionnantes de l'ouragan | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: REUTERS/Ho New
Un ouragan souffle sur les Caraïbes depuis 24 heures

ça souffle

Gonzalo : les images impressionnantes de l'ouragan

Depuis lundi après-midi, la tempête tropicale transformée en ouragan frappe l'est des Caraïbes. Elle a atteint Saint-Barthélémy dans la nuit.

Le vent souffle très fort dans les Caraïbes depuis 24 heures. La pluie est également incessante. Une tempête tropicale s'est abattue et elle s'est peu à peu transformée en ouragan. Gonzalo, c'est son nom, a déjà fait de nombreux dégâts matériels mais a surtout provoqué lundi soir la disparition de trois personnes, deux à Saint-Barthélémy et une à Saint-Martin.

Le préfet délégué auprès de ces deux collectivités d'outre-mer, Philippe Chopin, qui s'exprimait par téléphone lundi soir dans le journal télévisé de Guadeloupe 1ère, a indiqué que ces trois personnes étaient portées disparues lors de "circonstances maritimes", sans plus de précisions.

Des mesures de sécurité ont été prises pour éviter de nouveaux drames. Ainsi, les écoles des deux îles resteront fermées mardi dans le cadre d'un niveau d'alerte "gris". Le confinement des populations à leurs domiciles et dans les abris anticycloniques ouverts dans les deux îles a été recommandé. 

La violence de l'ouragan est telle que les coupures d'électricité et les atteintes aux réseaux téléphoniques ne permettaient pas lundi soir d'envisager le contact depuis Pointe-à-Pitre avec des témoins sur place. Les consignes de vigilance cyclonique violette, en vigueur à Saint-Barthélémy et Saint-Martin depuis l'après-midi de lundi, imposent de "rester à l'abri et de ne sortir sous aucun prétexte".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !