Fukushima : trois anciens dirigeants de Tepco ont été acquittés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran Youtube / Euronews

Japon

Fukushima : trois anciens dirigeants de Tepco ont été acquittés

Trois des anciens hauts dirigeants de la société Tepco viennent d'être relaxés. La décision a été dévoilée ce jeudi au tribunal de Tokyo. Ils risquaient des peines de prison ferme. 

Les juges ont estimé qu'ils ne pouvaient pas être tenus responsables des graves conséquences du pire accident nucléaire dans le monde après Tchernobyl, en Ukraine.

La catastrophe de Fukushima s'est déroulée le 11 mars 2011. 

Une commission d'enquête avait auparavant indiqué que cette catastrophe avait été "créée par l'homme" qui n'avait su ni la prévenir ni la maîtriser.

Tsunehisa Katsumata, qui était le président du conseil d'administration de Tepco au moment de la catastrophe, ainsi que Sakae Muto et Ichiro Takekuro, deux ex-vice-PDG de l'entreprise, étaient poursuivis par la justice. Ils étaient accusés de "négligence ayant entraîné la mort". L'accusation citait notamment pour exemple la mort de 44 personnes âgées hospitalisées à Futaba, une petite ville située à quelques kilomètres seulement de la centrale nucléaire. Les habitants de Futaba, de Tomioka et d'Okuma, dans le nord-est du Japon, ont été directement touchés par les fuites radioactives. Ces localités sont désormais devenues des villes "fantômes".

Les trois hommes qui comparaissaient à Tokyo avaient connaissance des risques importants qu'un éventuel tsunami majeur pouvait présenter pour le site de Fukushima Daiichi, construit au bord de l'océan. 

Un séisme avait entraîné un énorme raz-de-marée. Cette catastrophe a causé la mort de 18.500 personnes. 

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !