François Bayrou et ces "femmes qui pèsent lourd" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Argument de poids

François Bayrou et ces "femmes qui pèsent lourd"

Le candidat Modem s'est trouvé bien embarrassé en défendant les créneaux horaires réservées aux femmes dans les piscines.

François Bayrou est pour l'aménagement de plages horaires réservées aux femmes dans nos piscines. Et ce au-delà de toute considération religieuse. Mais quand il s'agit de justifier cette position, le candidat à l'élection présidentielle n'a pas la pleine maîtrise de son argumentaire. Il s'est d'ailleurs trouvé bien embarrassé, en se défendant lors d'un forum organisé ce jeudi par Elle.

"Je sais qu'on en a fait un cheval de bataille contre l'Islam, je sais la guerre qui a été menée contre Martine Aubry à ce sujet à Lille, je sais exactement pourquoi ça a été fait, moi en tout cas s'il y a une atteinte à la laïcité, ce n'est pas cette atteinte-là qui me gêne le plus", a-t-il d'abord précisé. Jusque là, RAS. Mais alors, pourquoi réserver certains horaires aux femmes ?

"Il y a des femmes qui pèsent plus lourd que d'autres, qui sont vues et qui ne veulent pas être exposées au regard des hommes dans une piscine". "Moi j'ai connu dans ma vie des très proches, dans ma famille, des femmes qui pesaient plus de 100 kilos et elles aimaient nager (...) je trouve que si quelqu'un est plus à l'aise dans la mer, c'est bien, et (dans) la piscine c'est bien aussi", a-t-il maladroitement poursuivi, sous les rires et les huées.

François Bayrou aurait pu s'arrêter dans son explication, mais non. Le candidat Modem a enchaîné sur une approximation, notant que les hammams ne sont pas mixtes et que "ça ne choque personne". Et l'organisatrice du forum de lui apprendre que l'on est nu dans un hammam.

Essaye encore...

Vu sur Elle

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !