Donald Trump : "Il n'y a jamais eu de président aussi ferme avec la Russie que moi". | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: SAUL LOEB / AFP

Broken record

Donald Trump : "Il n'y a jamais eu de président aussi ferme avec la Russie que moi".

Donald Trump a affirmé, dans une interview télévisée donnée à la Maison Blanche cet après-midi, qu'il n'y "avait jamais eu de président aussi ferme avec la Russie" que lui.

Depuis son retour d'Helsinki, Donald Trump essuie une pluie de critiques face à l'attitude qu'il a adopté avec le président Vladimir Poutine. Médias américains et partis politiques ce sont tous rejoins pour condamner les propos de l'actuel locataire de la Maison Blanche. Ce dernier, avait affirmer, lundi, ne voir "aucune raison" de croire en l'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016. Avant d'ajouter, que d'autant plus, Vladimir Poutine, lui-même, "conteste avec force" des telles accusations. 

Hier, il avait déjà changé de discours, disant cette fois-ci qu'il acceptait les conclusions de l'enquête des services secrets américains et que la russie avait bien interférée dans la campagne. 

Aujourd'hui, il change à nouveau de discours. Dans une interview télévisée donnée à la Maison Blanche, il a affirmé qu'il n'y "a jamais eu un président aussi ferme avec la Russie" que lui. Donald Trump y explique ensuite qu'il "suffit de regarder" ce que son administration "a fait, les sanctions qui ont été prises, les ambassadeurs qui ne sont plus sur le sol américain et malheureusement ce qui est arrivé récemment en Syrie". Enfin, il conclut en disant que "Poutine lui le sait probablement mieux que personne, mieux que les médias. Il le comprends et ça ne lui plaît pas et c'est normal puisqu'il n'y a jamais eu un président aussi ferme avec la Russie que moi". 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !