Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran Franceinfo

Solutions

Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens

Le président de la République Emmanuel Macron renoue avec la proximité avec les Français. Il effectue en cette fin de semaine un déplacement à Amiens. 

Il a notamment rencontré ce vendredi les anciens salariés de Whirlpool. Ils ont évoqué l'échec de la reprise de l'usine Whirlpool à Amiens. WN, l'entreprise qui avait repris l'usine en mai 2018, a en effet été liquidée. 163 anciens employés du site sont toujours sans emploi.  

Des ex-salaréis de l'usine ont pris à partie le président après l'échec de la reprise du site. Ce projet avait pourtant été défendu par l'Etat : 

"Vous aviez promis des emplois sur le site ! Il devait y avoir des centaines d'emplois. Il y a 200 personnes qui sont au chômage". 

Le chef de l'Etat a joué la carte de la transparence : 

"Je viens au printemps 2017. Il y en a d'autres qui vous disent : "Whirlpool ne fermera pas avec moi". Est-ce que moi, je vous ai tenu ce langage ? Non. J'ai dit que ça fermerait, je vous l'ai dit les yeux dans les yeux. Mon engagement, c'est que l'ensemble des salariés de Whirlpool retrouvent des perspectives et des emplois, et on va se battre pour ça. J'ai dit la vérité. Est-ce que j'ai dit : "On va tous vous sauver, on va sauver l'entreprise" ? Non. J'ai dit [aux salariés de Whirlpool] "ceux qui vous disent ça vous mentent". Il y a eu un premier projet, il n'a pas été au bout. Ce n'est pas la faute de l'Etat, des services de l'Etat (…) Le combat n'est pas fini".

En visite à Amiens lors de l'entre-deux-tours de la présidentielle de 2017, Emmanuel Macron avait été devancé de quelques heures par un déplacement surprise de Marine Le Pen. La candidate était venue au contact des salariés en colère de l’établissement en grande difficulté. Le président avait répondu en échangeant à son tour avec des employés sur le parking de l’usine, dans une ambiance de fumée de pneus et sifflets stridents.

Le chef de l’Etat a entamé dans la foulée une nouvelle visite du site désormais occupé par l’entreprise Ageco Agencement, spécialisée dans l’agencement pour la grande distribution et les collectivités, qui a embauché 44 anciens employés de WN. 

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !