Déjà poursuivi, Guy Bedos a encore dérapé dans "On n'est pas couché" : "Nadine Morano me réclame 15 000 euros. Connasse !" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Crédits Photo: Capture d'écran

Récidive

Déjà poursuivi, Guy Bedos a encore dérapé dans "On n'est pas couché" : "Nadine Morano me réclame 15 000 euros. Connasse !"

L'humoriste sera fixé sur le montant de l'amende ce lundi 14 septembre pour avoir insulté l'eurodéputée lors d'un spectacle à Toul, en 2013.

Guy Bedos est connu pour son franc-parler. L'humoriste s'est de nouveau illustré ce samedi 12 septembre et sa victime, sans surprise, est toujours la même : Nadine Morano. Lors de l'émission de Laurent Ruquier, On n'est pas couché, il a été interrogé sur sa cible préférée. "Ça s'est arrangé avec elle ?", lui demande l'animateer de France 2, un brin provocateur, en référence aux poursuites pour "injure publique" que l'eurodéputée a engagé contre Guy Bedos après des propos tenus en 2013.

"Nadine Morano a été élue ici à Toul? Vous l'avez échappé belle! On m'avait promis qu'elle serait là... Quelle conne !", avait notamment lancé l'artiste à un public de 1300 personnes, le 11 octobre 2013, sur scène. Prudent, Guy Bedos a préféré ironiser : "Je ne dirais pas un mot, ni pour, ni contre Nadine Morano, elle est trop chère". Mais, il a ensuite poursuivi sur l'éventuelle amende qu'il pourrait être condamné à payer (il sera fixé ce lundi 14 septembre), Guy Bedos a ensuite affirmé avoir été "obligé d'annuler une répétition de (sa) pièce pour aller au tribunal de Nancy", où Nadine Morano était également présente. Et donc, le naturel est revenu aux galops, puisque Guy Bedos a fini par s'exclamer :"15 000 euros quand même ! 15000 euros ! ça ne va pas non ? Connasse !"

Les choses ne risquent pas de s'arranger.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !