Corée du Nord : le flou persiste sur l’état de santé de Kim Jong-un | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: KHAM / POOL / AFP

Incertitudes

Corée du Nord : le flou persiste sur l’état de santé de Kim Jong-un

Alors que certains médias américains comme TMZ ou le New York Post annonçaient la mort de Kim Jong-un ou son placement dans un état de mort cérébrale suite à une opération chirurgicale, de nombreuses questions se posent sur l’Etat de santé du dirigeant nord-coréen. 

Un train appartenant vraisemblablement à Kim Jong-un a été repéré sur des photographies satellites d'une station balnéaire de l'Est de la Corée du Nord, affirme le site américain de référence 38North, au moment où l'état de santé du dirigeant nord-coréen alimente les spéculations. Le train apparaît sur les clichés les 21 et 23 avril dans une gare qui est réservée à la famille Kim, a précisé le site dans un article publié ce samedi.

Le flou persiste sur l’état de santé du dirigeant qui n'est apparu sur aucune des photographies officielles des célébrations officielles du 15 avril dernier en Corée du Nord.

Daily NK, un média en ligne, avait affirmé que le dirigeant nord-coréen avait été opéré en avril pour des problèmes cardio-vasculaires et qu'il était en convalescence dans une villa de la province de Pyongan du Nord.

CNN, citant un responsable américain, a rapporté de son côté que Washington "étudi(ait) des informations" selon lesquelles Kim Jong Un était "en danger grave après une opération chirurgicale".

Mais jeudi, le président américain Donald Trump a estimé que les informations sur une possible dégradation de l'état de santé du dirigeant nord-coréen étaient "erronées".

Ce n'est pas la première fois que "l'absence" de Kim alimente toute sorte de spéculations.

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !