Corée du Nord : comment Björn Borg pourrait bombarder Pyongyang de petites culottes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Kamoulox

Corée du Nord : comment Björn Borg pourrait bombarder Pyongyang de petites culottes

Une opération publicitaire lancée par la marque de sous-vêtements de l'ancien champion de tennis pourrait en effet conduire à ce scénario quelque peu absurde...

"Honnêtement, nous n'avons aucune idée de comment nous y prendre pour larguer des sous-vêtements sur Pyongyang". Jonas Lindberg Nyvang, le directeur marketing de la marque Björn Borg, lancée par l'ancien sextuple vainqueur de Roland-Garros, ne s'attendait probablement pas à sortir une fois dans sa carrière une phrase aussi absurde. C'est pourtant ce qu'il a dû déclarer après le (trop) gros succès d'une des opérations commerciales de la marque. Et, effectivement, elle a bien un rapport involontaire avec la capitale nord-coréenne...

"Björn Borg Underwear" a lancé le site "The Drop", sur lequel les internautes peuvent choisir une destination sur laquelle sera bombardée par avion à la fin du mois d'octobre 450 boxers et autres culottes, parce que "certaines parties du monde ont désespérément besoin de séduction" - tel est le slogan de cette campagne. Or, comme le note le Wall Street Journal, la capitale de la Corée du Nord a été massivement plébiscitée... par les internautes de Corée du Sud !

La victoire de Pyongyang semble désormais inéluctable : avec plus de 25 000 votes, elle a déjà recueilli 25 fois plus de votes que son principal concurrent - pour l'heure, l'Ecole polytechnique de Chalmers, à Göteborg (Suède). Kim Jong-un est-il seulement au courant de la surprise qui se prépare ? Rien n'est moins sûr...

Vu sur le Wall Street Journal

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !