Contre les quotas ? Nicole Belloubet se fait rapidement recadrer par Edouard Philippe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Réprimande

Contre les quotas ? Nicole Belloubet se fait rapidement recadrer par Edouard Philippe

Nicole Belloubet avait déclaré ce matin au micro de France Inter qu'elle n'avait jamais pensé que "les quotas étaient la réponse". Une boulette qui lui a valu d'être rapidement recadrée par le premier Ministre alors qu'il présentait le plan immigration du gouvernement en conférence de presse ce mercredi.

Alors que Edouard Philippe dévoilait ce mercredi le nouveau du gouvernement sur l'immigration, il a profité de sa conférence de presse pour recadrer la garde des Sceaux, Nicole Belloubet.

Alors qu'elle était interrogée, au micro de France Inter, au sujet du nouveau plan immigration, la ministre avait déclaré, ce mercredi matin : "Je n'ai jamais pensé que les quotas étaient la réponse. Enfin la seule réponse". Une déclaration qui n'a guère plue au premier Ministre qui l'a, discrètement, remise à sa place en rappelant que ce plan était celui "du gouvernement". Il a poursuivit en appuyant sur le fait que "tous les membres du gouvernement" étaient "à l'aise avec ce plan" et qu'ils considéraient tous "qu'il correspond à l'équilibre et à la philosophie" du projet porté par la majorité. 

Se faisant plus acerbe, il a ajouté : "Si l'on passait un petit peu moins de temps à disserter sur des surinterprétations de telle ou telle parole et un peu plus de temps à parler des vrais sujets, des vrais problèmes et des vraies dispositions que nous voulons mettre en oeuvre, je pense que tout le monde s'en porterait mieux".

Ré-interrogée à ce sujet quelques heures plus tard, Nicole Belloubet avait changé de discours, estimant que "le plan présenté ce matin" était "un plan cohérent et équilibré". "Vous surinterprétez mes propos", a-t-elle conclu à l'intention des journalistes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !