Congrès des Républicains pour la désignation du candidat en 2022 : une forme d’aveu de faiblesse ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Capture d'écran BFMTV / DR
Les adhérents des Républicains vont se prononcer sur le candidat le plus à même de les représenter pour le scrutin présidentiel de 2022, lors d'un congrès organisé le 4 décembre 2021.

« Pensée magique »

Congrès des Républicains pour la désignation du candidat en 2022 : une forme d’aveu de faiblesse ?

Les adhérents du parti Les Républicains seront appelés à se prononcer sur le candidat le plus à même de les représenter pour le scrutin présidentiel de 2022, lors d'un congrès qui se déroulera le 4 décembre. Ce mode de désignation était au coeur d'un débat sur BFMTV avec Jean-Sébastien Ferjou, directeur de la publication d'Atlantico.

Le parti Les Républicains désignera son candidat à l'élection présidentielle 2022 par un vote des adhérents réunis en congrès, selon les précisions du président du parti, Christian Jacob, ce samedi 25 septembre. Les adhérents étaient invités à choisir le mode de désignation. Le congrès à deux tours aura lieu le 4 décembre, d’après les précisions de Christian Jacob. L'option de la primaire n'a donc pas été retenue. Une majorité de militants ont préféré un congrès réservé aux seuls militants LR.

Jean-Sébastien Ferjou, directeur de la publication d’Atlantico, était invité sur BFMTV ce samedi pour réagir suite aux conséquences de ce choix du congrès et sur les perspectives pour l’avenir des Républicains. Selon Jean-Sébastien Ferjou, il est assez « malheureux pour la droite »  de constater « que tout le temps d’antenne qu’on lui consacre ne soit pas pour parler de ce qu’elle est, de ce qu’elle peut incarner pour la société française mais finalement de la manière dont elle s’organise pour avoir un candidat ».

Le directeur de la publication d’Atlantico déplore « un fantastique aveu de faiblesse » :

« On voit un parti qui a raté le quinquennat Hollande, qui a raté le quinquennat Macron , qui n’a rien reconstruit, qui n’a d’ailleurs plus beaucoup d’adhérents… C’est une forme d’aveu de faiblesse  (…) Il n’y a pas un ADN politique très clair ».

A 58%, les militants Les Républicains ont donc voté pour l'organisation d'un congrès afin de choisir leur candidat à la présidentielle. Ils ont exclu l'idée d'une primaire ouverte.

À Lire Aussi

Grande enquête LR : Michel Barnier, l’homme que l’on ne voyait pas venir ?
BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !